La Coalition Nationale des Harkis et des Associations de Harkis est pour l'abrogation de la loi révisionniste et négationniste du 18 octobre 1999 !!! Stop aux mensonges d'Etat !!!

N'oubliez pas de consulter, également, nos forums accessibles à tous !!!

Lisez et réagissez sur notre forum consacré au Mémorial Mur des Disparus d'Algérie (1954 à 1962), de Perpignan, par le lien suivant :
http://www.coalition-harkis.com/component/option,com_fireboard/Itemid,194/func,view/id,890/catid,4/

degc.jpg  

  No comment !!! Une fois encore, la chronologie, des faits, fait foi quant à la réalité historique de la "pacification en Algérie" entre 1954 et 1962 !!!

 

debreharkis.jpg

Mes très Chers Internautes et, non moins, amis (es), je vais vous dire, une "vérité vraie" (pléonasme de rigueur en l'occasion !) relevant du "secret de polichinelle", à savoir : La guerre d'Algérie n'a jamais eu lieu et, je vous recommande, vivement, de lire et/ou de relire, mes trois anciens articles très exhaustifs y afférents, pour information, par les liens suivants : http://www.coalition-harkis.com/content/view/43/109/, http://www.coalition-harkis.com/content/view/44/109/ et, pour parachever, cette petite "incursion récapitulative" fort utile : http://www.coalition-harkis.com/content/view/45/109/, pour vous en convaincre, définitivement et, vous faire déclamer : "Diantre ! M'aurait-on menti ?" !!!

 

Mais, bien entendu, on ne fait que cela, ces dernières 45 années, via un Etat français, depuis 1954, veule et parjure (complice d'un génocide d'Etats sans précédent, rappelons-le !), des "historiens détenant un monopole de l'Histoire" mais, étrangement, tous gauchistes voire "porteurs de valises du FLN" (à l'instar de Pierre VIDAL-NAQUET qui doit brûler, en ce moment, au dernier niveau de l'Enfer selon Dante dans la "Divine Comédie") et, une presse qui n'informe pas, le plus objectivement possible mais, qui fait de la politique partisane à sens unique. En l'espèce, je déteste, cette "confusion des genres", car soit on est un "militant" et, l'on se bat, avec ses propres armes, pour faire aboutir, son combat mais, en acceptant de se prêter, au "jeu démocratique", en l'occurrence, le "débat contradictoire". Or, en "mangeant à tous les râteliers", ces derniers sont en mesure, d'une part, d'avancer, unilatéralement, des contrevérités (le vu à la télé est une méthode de prosélytisme redoutable pour un public non-averti !) et, d'autre part, de censurer tous leurs "contradicteurs" (liberté d'expression mais mon oeil, l'Agence TASS à la française est omniprésente par le biais de tous ces posts-soixante-huitards omnipotents  qui nous imposent leur pensée-unique formatée et vindicative!!!). 

 

stora.jpgPour preuve, je fus privé, sciemment, de toutes possibilités de répondre, à la "victimisation outrancière et mensongère", de Benjamin STORA (vous savez, le storien officiel du FLN !), qui avait imaginé, en décembre 2005, de toutes pièces et, avec la duplicité de la presse et des médias, de soi-disant "menaces" émanant, de ma part, à son encontre et, toutes mes demandes légitimes, de droit de réponse, me furent refusées, évidemment et, même, par celles et ceux qui avaient contribué à me diffamer (?). Alors lorsque nos journalistes s'évertuent de nous donner, en permanence, des "leçons de morale et d'humanisme", j'ai envie de "gerber" (désolé, pour ce verbe pas très élégant mais, il faut appeler un chat un chat !) et de rire, en même temps, au regard du caractère "tragicomique" et trop affligeant, de cette conjoncture ubuesque et, dite "sans queue ni tête" et, si plus de 70 % des Français (es) avouent : "Ne pas faire confiance à la presse et aux médias" (écoutons, cette fois-ci, ces sondages, parfaitement, conformes à l'opinion publique), ce n'est pas pour rien !!!  

En outre, il convient de se souvenir, également, des récentes "polémiques", autour de l'alinéa 2 de l'article 4 de la loi du 23 février 2005, de l'affaire Georges FRECHE, de la prétendue présence de Harkis lors de la répression très "musclée" de la manifestation prohibéedu FLN, à Paris, le 17 octobre 1961 (à lire notre forum sur le sujet : http://www.coalition-harkis.com/
component/option,com_fireboard/Itemid,194/func,view/id,977/catid,4/
... au cours desquelles les Harkis et leurs Familles furent, systématiquement, les "otages" et les "boucs-émissaires" privés, de tout moyen de réplique, dans une "guerre idéologique et de clivages" qui perdure, encore et encore, à nos dépens, en nous instrumentalisant tous azimuts !!!

 

Tout le monde se souviendra, des propos solennels mais félons, de Jacques CHIRAC, lors de la polémique autour de l'alinéa 2 de l'article 4 de la loi du 23 février 2005 (dont il avait signé la promulgation), stipulant : "Ce n'est pas au politique d'écrire l'histoire mais aux historiens, par conséquent, ce texte sera déclassé car il divise nos concitoyens..." (pourtant, plus de 65 % l'approuvaient à l'instar des 2 Parlements). Or et en se référant, à cette logique antirépublicaine, on s'étonne du 2 poids 2 mesures, avec d'autres lois similaires et, surtout, la plus scélérate d'entre-elles : la loi du 18 octobre 1999 (adoptée sous le Gouvernement de Lionel JOSPIN) qui a requalifié, la "campagne de pacification algérienne", de 1954 à 1962, en Guerre d'Algérie. 

degaulle003.jpgJe peux, parfaitement, admettre que, dans le "langage courant", l'on puisse assimiler, tout conflit armé (long et sanglant), à une "guerre" mais, en revanche, donner un cadre légal, à une "guerre fictive et rétroactive"" (au sens juridique du terme), relève du REVISIONNISME ET DU NEGATIONNISME D'ETAT !!! Sans reformuler, mon analyse (voir les liens des articles précédents ci-dessus), je persiste et signe que la "Guerre d'Algérie" est, une pure "invention politicienne", en vue de réécrire, perfidement, une histoire officielle commune, entre l'Etat français et la dictature flniste algérienne. Que cette loi serve à donner, a posteriori, des droits et un statut de "quasi-ancien combattant", aux appelés et rappelés du contingent, me paraît plus que naturel et équitable. Par contre, vouloir la détourner, de son but originel, afin de transformer, la réalité historique, n'est pas acceptable pour tout démocrate républicain et patriote (digne de ce nom). En supputant qu'il y aurait eu, vraiment, une "Guerre d'Algérie", cela implique 2 Etats souverains constitués et 2 armées qui s'affrontent et, le cas échant, il me serait fort agréable, d'avoir les documents l'attestant, car j'ai dû louper, plusieurs épisodes furtifs concernant, cette prétendue Algérie flniste indépendante de l'avant-juillet 1962 en guerre contre la France (?).

De surcroît, on ne saurait évoquer, aussi, une "guerre civile totale" comme s'accordent à l'affirmer, à tort, certains falsificateurs de l'Histoire, car ce ne sont pas les 47000 membres du FLN engagés, entre 1954 et 1962, dans l'ALN, qui seraient constitutifs, du bienfondé, de cette appellation révisionniste. Sinon, les émeutes de 2005 (puis celles de 2006 en attendant la cuvée 2007), dans les banlieues et quartiers sensibles, de France et de Navarre, pourraient être, selon cette théorie, une "guerre civile" ? Pour être complet, cette "mystification législative", du 18 octobre 1999, tente de stigmatiser, derechef, les Harkis, en confortant, la sempiternelle propagande du FLN, décrétant que : "Ces terroristes sanguinaires seraient les gentils libérateurs, du peuple algérien, derrière eux et, que les Harkis seraient les méchants traîtres ayant combattu contre leur pays !". Mais, assez d'intoxication étatique, les Harkis se sont engagés, dans les forces militaires locales, afin de protéger, les populations civiles (de toutes origines et confessions), des exactions barbares, du FLN et, qu'il n'existait qu'un seul et unique pays, à l'époque, la France une et indivisible et, je mets au défi, tout historien et/ou autres détracteurs, de me DEMONTRER LE CONTRAIRE !!! 

  

sarkoparis022.jpgEnfin, j'exhorte, le Président de la République, Nicolas SARKOZY, le Premier Ministre, François FILLON, le Gouvernement et tous les parlementaires de gauche et de droite, de mettre un terme, à ces "révisionnismes et négationnismes d'Etat", en faisant abroger, sans délai, cette loi fallacieuse et sournoise du 18 octobre 1999, car si, d'après M. CHIRAC, le politique n'a pas à écrire, l'Histoire, il doit encore moins la réécrire, C.Q.F.D !!! 

  

Affaire à suivre...

Khader MOULFI

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.