Bienvenue, Invité

Répondre au sujet: NON LES ARMES NE SE SONT PAS TUES LE 19 MARS 1962

Nom
Sujet
Boardcode
B) :( :) :laugh: :cheer: ;) :P :angry: :unsure: :ohmy: :huh: :dry: :lol: :sick: :silly: :blink: :blush: :kiss: :woohoo: :side: :S :evil: :whistle: :pinch:
Message
Agrandir /  Réduire
Saisir le code Captcha code Type characters you see. (Click on image to refresh)
Type characters you see.
 * 

Historique du sujet: NON LES ARMES NE SE SONT PAS TUES LE 19 MARS 1962

Max. affiche le(s) dernier(s) 6 message(s) - (Dernier message affiché en premier)
il y a 10 ans, 6 mois #793

Oranie

Témoignage de Gérard MARIN, ancien grand reporter au Figaro, sur la fusillade du 26 Mars 1962 Rue d'Isly. Il y était.

www.dailymotion.com/fontey/video/x1jx9p_rue-isly

Un jour les paroles seront entendues.
il y a 10 ans, 8 mois #687

Khader

Bonsoir à toutes et tous les internautes,

Afin d'illustrer, les propos de notre amie Oranie et les miens, je vous vous invite à regarder, la photo ci-dessous, démontrant la barbarie et la cruauté gratuite, du FLN et de ses marsiens, après le 19 mars 1962.

Certes, une partie des internautes sera choquée, par cette "photo insoutenable" (un Harki égorgé par le FLN) mais, très souvent, une seule image parle plus que dix mille mots.


Voici donc une des "oeuvres" du FLN que la FNACA entend passer aux "oubliettes" !!!



NO COMMENT !!!


A.F. Très cordialement

Khader MOULFI
il y a 10 ans, 8 mois #686

Khader

Bonsoir Oranie et à toutes et tous les internautes,

Bien entendu que les "armes ne se sont pas tues le 19 mars 1962" et que des exactions ont été perpétrées, crescendo, par le FLN et ses "marsiens" et, pire encore, avec la complicité tacite et active, de l'Etat français de l'époque, ayant souhaité, apparemment, éradiquer tous les "protagonistes gênants" (RONA, Pieds-Noirs, ...), de ce revirement étatique de façade (copinage rétroactif avec les terroristes sanguinaires flnistes) !!!

Mais, tout le monde sait que nos gouvernants socialistes (Guy MOLLET, Pierre MENDES-FRANCE, François MITTERRAND, ...), puis gaullistes (le Général DE GAULLE, Michel DEBRE, Louis JOXE, Pierre MESSMER, ...), avaient "financé", dès le début de la pacification (en 1954), le FLN et son "entreprise criminelle", en leur donnant, de l'argent, en contrepartie de leur engagement à ne pas faire sauter les puits de pétrole et les pipe-lines.

Chaque bombe et chaque balle ayant tué, des Français (de toutes origines et confessions), en Algérie et en Métropole, sont, certes, marquées du sceau FLN mais, dont une partie avait été achetée avec les deniers publics et ceux de nos pétroliers nationaux !!!

Ces petites précisions pour essayer de comprendre, la réalité de cette "trahison d'Etat", à notre encontre car, en général, dans tous conflits armés, les vainqueurs imposent leurs conditions et un contrôle strict de ces dernières.

Comment penser que la France ayant écrasé, le FLN et sa branche armée l'ALN, ait pu laisser, les vaincus, s'approprier, de manière ubuesque, la "victoire militaire" et, commettre autant de génocides impunis ? Tout en amnistiant, les génocideurs flnistes et leurs porteurs de valises (?).

En général, une guerre est régie, par des Conventions Internationales (telles que celle de Genève) et, impose des règles de conduite (ne pas tuer les prisonniers de guerre, ne pas s'attaquer aux populations civiles, ...) mais, la "pacification algérienne à géométrie variable" (à l'instar des ses appellations mutantes) n'a, en réalité, aucun statut légal car les Accords d'Evian sont caducs !!!

C'est pourquoi, les dirigeants gaullistes, avec le soutien de toute la classe politique de gauche et de droite, ont permis le génocide de 150000 Harkis, plusieurs dizaines de milliers de Pieds-Noirs et de 300 soldats français, après ce "cessez-le-feu bidon", car cette "solution finale" semblait arranger une majorité de politiciens et autres pétroliers, intellectuels marxistes et révolutionnaires de salons du Café de Flore, les porteurs de valises du FLN, ...

Je reçois, certains mails, d'internautes me disant que : "Il faut tourner la page et que les exactions étaient des deux côtés" (?). Non, les "prédateurs" sont le FLN et lui-seul qui, pour arriver à ses fins (prendre l'Algérie et ses richesses aux dépens du peuple), a plongé, le pays dans la "terreur" et les "crimes barbares gratuits" que nous évoquons, sur ce site, depuis le début.

Et, il est temps de remettre, l'histoire la vraie, dans sa chronologie et, de stopper les "amalgames", créant une confusion entre chaque fait distinct mais connexe, sur lesquels la "propagande du FLN et de ses porteurs de valises" surfe depuis 45 années !!!

A.F. Très cordialement,

Khader MOULFI
il y a 10 ans, 8 mois #684

Oranie

Non le 19 Mars 1962, les armes ne se sont pas tues. Je voulais vous faire prendre connaissance d'un témoignage poignant et très intéressant produit par le fils d'un militaire métropolitain d'active en poste dans l'Oranie en 1962. Ce témoignage est relaté dans l'excellent site de notre ami Gillou "Algérie Française", suite à la décision de proclamer le 19 Mars 1962, date de commémoration de la guerre d'Algérie.


1- MESSAGE d'un forumeur:
"Non les armes ne se sont pas tues le 19 Mars 1962 ! En tous cas pas toutes !

Certaines, en effet du côté français, ont regagné les râteliers : celles des Harkis, notamment, auxquelles quelques "autorités" complices, toute honte bue, n'ont pas hésité, pour faciliter ce retrait, à en promettre de plus modernes...

L'épuration allait s'en trouver facilitée...

Mais d'autres ont simplement changé de cible : délaissant désormais le fellagha, elles se sont braquées, pour quatre mois d'horreur et de folie, contre la communauté européenne d'Algérie; l'atroce fusillade de la rue d'Isly le 26 Mars 62, les mitraillages des terrasses et balcons des quartiers populaires de Bab El Oued à Alger, de la Marine et de la Cité Jeanne d'Arc à Oran, hantent à jamais nos mémoires....

Non, les armes ne se sont pas tues le 19 Mars 1962 ! En tous cas pas celles du FLN qui se déchaînaient contre les Harkis et leur famille sans défense, contre les derniers colons isolés, et bientôt le fatidique 5 Juillet, contre la population oranaise !

Non, les armes ne se sont pas tues le 19 Mars 1962, surtout pas celles des "barbouzes", mercenaires condamnés, bientôt éliminés (pas de témoins compromettants, pas de trace..)

Non, les armes ne se sont pas tues, non la guerre d'Algérie ne s'est pas terminée le 19 Mars 62 !

D'ailleurs, est-elle finie aujourd'hui ?"

2- REPONSE - TEMOIGNAGE :

"Mon cher xxx, je joins à votre récit mon témoignage douloureux!

Ce souvenir tragique, je l'avais enfoui dans mon coeur et vous l'avez fait ressortir avec encore plus de violence !

J'étais un jeune adolescent qui souffrait de l'absence de son père.

Ce père militaire qui était dans un pays lointain où se déroulaient des évènements tragiques et sanglants ! L'angoisse de l'absence était doublée par l'angoisse du danger.

Il revint meurtri, humilié par un mois de prison ferme et une carrière brisée !

Pourquoi ?

Il servait sur la base militaire de Tiaret, au Sud d'Oran pendant cette période en tant que sous-officer comptable. Cette base comportait un groupement équipé de chasseurs T6 "Harvard". Un jour, il apprit la "drôle" de mission de ses copains pilotes :

MITRAILLER LES BATIMENTS ET LES QUARTIERS RESIDENTIELS PIEDS-NOIRS D'ORAN, ET CECI DES JOURNEES ENTIERES !
SANS RAISONS STRATEGIQUES! UNIQUEMENT POUR TERRORISER LES POPULATIONS EUROPEENNES AFIN DE LES EMPECHER DE SE REVOLTER CONTRE LES ACCORDS D'EVIAN !

nous en avons eu la confirmation par des amis rapatriés oranais, des années plus tard. Ils passaient leurs journées à plat-ventre dans leur appartment pour éviter le mitraillage systématique des façades !

Mon père, un jour de revue militaire, arracha ses galons et ses décorations devant la troupe et dit qu'il ne voulait plus servir une armée d'assassins qui tire que des civils sans défense. Vous imaginez facilement la suite !

Mon père sombra dans un désespoir dont il ne devait plus jamais sortir.

Il ne fût pas le seul. Beaucoup de militaires de sa génération subir ce traumatisme dont aucun ne sorti indemne.
Non ! Il y a beaucoup de cicatrices qui ne se sont pas refermées! Le mal court encore !

la guerre n'est pas finie! pour certains, elle ne finira jamais !"



Je rajoute, mon témoignage personnel, lors des mitraillages, ma petite soeur terrorisée se cachait sous son lit.

LA FNACA NE PEUT IGNORER TOUT CE QUI S'EST PASSE APRES LE 19 MARS 1962.
Temps de génération de la page: 0.29 secondes
Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Qui est en ligne ?

Nous avons 75 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui3
mod_vvisit_counterHier513
mod_vvisit_counterSemaine922
mod_vvisit_counterMois8768
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com