19 mars 1962 : La France célèbrera-t-elle sa trahison d'Etat envers les Harkis, leurs Familles et les Pieds-Noirs ? Chronique d'une nouvelle félonie étatique et politique annoncée !!!
Une variante de notre "page d'accueil" qui résume, à elle-seule, toute la vérité rien que la vérité !!!

Désormais, toute "personne éclairée", un tant soit peu, sait que l'Etat français de l'époque représenté, notamment, par le Général DE GAULLE (premier Président de la Vème République), Michel DEBRE (Premier Ministre), Louis JOXE et Pierre MESSMER, avait, sciemment, trahi et abandonné, au nom d'une "déraison d'Etat", les Harkis, leurs Familles et les Pieds-Noirs, engendrant un "génocide annoncé" et commis, après le cessez-le-feu violé, dès le premier jour, du 19 mars 1962 à 12 heures, par le FLN et ses "marsiens", avec la "complicité étatique française" (refus de rapatrier les Harkis et leurs Familles, ordres ministériels donnés, aux militaires, français, de ne pas intervenir lors des massacres flnistesde rapatriés de toutes origines et confessions, même quand cela se passait sous leurs yeux, désarmement criminel des Harkis dont nul n'ignorait la fin dramatique et sanglante, ...).

Bilan meurtrier de ces "Crimes d'Etats" (la France et le GPRA), post-armistice bafoué : 150000 Harkis et leurs proches, plusieurs dizaines de milliers de Pieds-Noirs et 300 soldats français métropolitains ! Il convient de rappeler que ces "victimes françaises" livrées, sans défense, à leurs "bouchers flnistes", n'ont pas été, "tout simplement", "exécutées" mais "écharpées" (à coups de manches de pioche, décapitations à petit feu et têtes ébouillantées en primes, émasculations et mises de ces sordides trophées dans la bouche des tués, viols des épouses musulmanes et éradications barbares des familles si les Harkis recherchés n'étaient pas là, ...), le tout avec la "bénédiction", de nos gouvernants gaullistes, qui se sont empressés de faire "amnistier" tous ces "génocideurs" et leurs odieux "porteurs de valises du FLN" (traîtres gauchistes à notre patrie remis in bonis) !!!  

 

DE GAULLE : De "je vous ai compris" à "je vous ai trahis", No comment !!!

A compter de ce moment, l'Etat français s'est comporté, au cours de ces 45 dernières années, à l'égard des Harkis et leurs Familles, comme les pires "tyrans", à savoir : parquements dans des camps de concentration pour les survivants du génocide, mort sociale programmée et maintenue, ... Que nous ne cessons d'évoquer, très régulièrement, sur ce site, à l'instar de nos amis et partenaires RONA et Pieds-Noirs sur les leurs.

Après avoir mis, délibérément, sous une "chape de plomb", notre "saga dramatique", nos dirigeants successifs se sont mis, à leur tour, à réécrire une "histoire officielle falsifiée et anachronique", notamment, en votant une loi négationniste et révisionniste, celle du 18 octobre 1999, requalifiant la "pacification algérienne" en "guerre d'Algérie", ce qui est un réel "mensonge d'Etat", dans la perspective de conforter, de façon perfide, la propagande du FLN et de ses "porteurs de valises" (à lire et/ou à relire mes précédents articles traitant de ce sujet par les liens suivant : http://www.coalition-harkis.com/content/view/43/2/ et http://www.coalition-harkis.com/content/view/44/2/).

Boostés, en 2000, par la lâcheté et le manque de dignité, de Jacques CHIRAC, du Gouvernement JOSPIN et de toute la classe politique de gauche et droite, ayant laissé, les "terroristes barbares flnistes amnistiés", dont le "gnome despotique du FLN", Ziziz BOUTEFLIKA, injurier et diffamer, publiquementles Harkis, jusque dans nos terres (incluant l'Assemblée Nationale, lieu hautement symbolique de la République Française), tous les "racistes anti-harkis", de France et d'Algérie, se sont déchaînés, en toute impunité, contre les RONA et, parfois, avec la "bénédiction" (et les deniers publics) de ces "princes qui nous gouvernent très mal" qui se sont dévoyés dans toutes leurs turpitudes antipatriotiques et affligeantes (autoflagellation mémorielle révisée, repentanceprosternation devant les monuments algériens dédiés aux assassins du FLN, ...).

 

Photo empruntée à nos amis du site http://www.algerie-francaise.org/

 

A présent, c'est la commémoration morbide et indécente, du 19 mars 1962 (correspondant à la violation des Accords d'Evian, par le FLN, agrémentée des génocides de Harkis, Pieds-Noirs et autres), que l'on voudrait nous imposer, sous la vindicte douteuse, de la FNACA qui me menace, dorénavant, de poursuites judiciaires, au regard de ma récente revue de presse la citant (à lire et/ou à relire par le lien suivant : http://www.coalition-harkis.com/content/view/136/2/). Avortée, une première fois, lors de l'adoption de la loi du 18 octobre 1999, grâce à une "levée de boucliers massive et citoyenne", on nous ressort du "chapeau", cette célébration abjecte, par l'entremise de Jacques BRIAT (député UMP, parti  héritier des gaullistes nous ayant trahis et abandonnés). J'avais écrit, en son temps, un article, sur cette proposition de loi ubuesque, reprenant mes échanges épistolaires, de courriels, avec le député BRIAT (à lire et/ou à relire par le lien suivant : http://www.coalition-harkis.com/content/view/106/2/).

La Nation et ses représentants vont-ils oser "glorifier", en dépit de ces faits historiques et politiques ignobles et sans précédent,  ce 19 mars 1962 (synonyme de génocides et de trahison d'Etat) ?

Affaire à suivre mais restons très vigilants....

 

Khader MOULFI

 

P.S. N'oubliez pas de consulter et de réagir sur le forum y afférent par le lien suivant : http://www.coalition-harkis.com/component/option,com_simpleboard/Itemid,27/func,view/id,676/catid,4/. De très nombreux sujets, sur le 19 mars 1962 ont été publiés, sur les sites amis RONA et PN et,  nous ferons, très prochainement, un dossier les intégrant. Je vous convie à participer, dès à présent,  au sondage sur le 19 mars 1962 lancé, par "harkis.info", par le raccourci suivant :  http://www.harkis.info/portail/index.php?op=index.php (le sondage se trouve, dans la colonne de droite, en milieu de page).

 

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

 

 

Commentaires  

#1
Khader 14 Mars 2007
Quelques témoignages sur le génocide.
Je tenais à remercier, notre ami Jacques TORRES, du site ami et partenaire : http://www.lecri.net/ d'avoir bien voulu nous communiquer, certains témoignages et éléments, sur les crimes et génocides du FLN mais, également, sur la FNACA, s'évertuant à vouloir commémorer, le morbide 19 mars 1962, en dépit de ces massacres, post-armistice bafoué, de Harkis, Pieds-Noirs, Soldats français, ...

Très cordialement

Khader MOULFI

Témoignage de Jean-Pierre CHEVENEMENT.


Le sous-lieutenant Chevènement
« J'ai vécu un drame affreux »
Au moment du cessez-le-feu, Jean-Pierre Chevènement sert en Algérie depuis un an en tant qu'appelé du contingent. Sous-lieutenant de 23 ans, affecté en Oranie, il commande, au sein d'une section administrative spécialisée (SAS), une dizaine de moghaznis,
Christophe Labbé et Olivia Recasens
« Le 19 mars, j'ai vécu un drame affreux. Plusieurs de mes moghaznis, ainsi que le chef du village musulman de Saint-Denis du Sig, ont été tués dans des conditions atroces par un commando du FLN. J'ai retrouvé Miloud, mon aide de camp, égorgé », se souvient le candidat à la présidence de la République. Le lendemain du massacre, à l'aube, le sous-lieutenant Chevènement reçoit l'ordre d'évacuer les moghaznis survivants et leurs familles. Il part avec une dizaine d'hommes, deux Jeep et un camion militaire. « Je craignais de compromettre définitivement les familles aux yeux du FLN, qui avait pris le contrôle du village, j'ai donc fait semblant de les embarquer de force dans le camion. » Un mois plus tard, Jean-Pierre Chevènement est nommé chef de cabinet du préfet d'Oran. « La France n'a pas fait tout ce qui était en son pouvoir pour sauver ces gens. Aujourd'hui, quoi que l'on fasse, on ne peut réparer l'irréparable », estime Jean-Pierre Chevènement. Et d'ajouter : « L'Algérie est une expérience qui m'a profondément marqué. Je suis parti, jeune homme inexpérimenté, et j'en suis revenu adulte, trempé par des épreuves quelquefois périlleuses et toujours tragiques. J'ai cherché à faire que l'indépendance de l'Algérie préserve autant que possible le lien avec la France. C'est un défi toujours actuel. »

© le point 08/02/02 - N°1534 - Page 55 - 276 mots



Courrier de la FNR relatif à la FNACA


FEDERATION NATIONALE DES RAPATRIES
Association Loi Juillet 1 901, J.O. du 14/01/70 N° 11, page 543.
Ouverte à tous les rapatriés et à leurs amis métropolitains.

Le 11/03/2 000.
Le Délégué Départemental
Jacques TORRES,



Madame, Mademoiselle, Monsieur,

vous avez reçu une invitation à visiter une exposition organisée dans votre ville par la FNACA, 'Fédération des Anciens Combattants d'Algérie'. (rallongée de Maroc et Tunisie...).

Ce titre même constitue une supercherie car ce n'est pas LA fédération DES Anciens Combattants d'Algérie, mais UNE fédération de certains anciens combattants parmi 17 autres associations.

L'exposition à laquelle vous êtes conviés est bien conçue et bien réalisée.
Quoi d'étonnant quand on sait que la majorité des dirigeants nationaux de la FNACA : SICART, PERONNET, RAMIS, PELLETIER, SABOURDY ... sont membres d'un certain parti dont la centrale syndicale forme, dans ses cellules d'Agit-Prop (Agitation- Propagande) et avec l'aide de spécialistes eux-mêmes formés à l'école de l'Est,
les - parfois brillants - agents au contact du public.
Cette exposition n'est qu'un prétexte pour pouvoir, à la fin de la visite, vous proposer une adhésion à ce mouvement.
Allez-vous vous laisser prendre à ce miroir aux alouettes ?

Car enfin il faut bien savoir que ces gens qui militent à la FNACA ont fourni les agitateurs et les meneurs qui défilaient la crosse en l'air, qui se couchaient sur les rails pour empêcher les trains de soldats de partir vers Marseille et l'Algérie, qui appelaient à la désertion. Les autres avaient le droit de se faire tuer pour leur pays, mais pas eux !
Nos seulement mais c'est encore dans leurs rangs qu'on a trouvé les déserteurs et les collaborateurs du FLN, tels l'aspirant MAILLOT, officier français passé à l'ennemi avec un camion d'armes !
C'est aussi dans leurs rangs qu'on trouvait les porteurs de valises du FLN qui collectaient des fonds pour acheter les bombes et les armes qui tuaient nos camarades !
Ceux-là qui, trop souvent, pactisant avec l'ennemi retournaient leurs armes contre leurs propres compagnons et ceux-là qui maintenant se posent en héros de guerre ?
C'est à ces gens-là que vous vous associez ?
Cette FNACA vous trompe aussi en se targuant d'avoir obtenu les avantages des Anciens Combattants d'Algérie : elle était une parmi les 17 autres qui négocient avec les gouvernements.
Cette FNACA est la seule association qui, au mépris des faits historiques, revendique la célébration du 19 Mars comme anniversaire de la fin des combats en Algérie. Nous avions déjà perdu 25 108 militaires français !
Or, sachez qu'après la mise en application du cessez-le-feu et des accords d'Evian, il y eut
six fois et demie plus de morts qu'entre 1 954 et cette date du 19 Mars.
Cent cinquante mille harkis, ou supplétifs Français-Musulmans, vingt-cinq mille Français d'Algérie, trois cent dix-sept soldats livrés à la boucherie du FLN, voilà ce qu'est, pour ces gens-là la fin des combats ?
Le 19 Mars, c'est encore la livraison, clés en mains par la France au FLN, de 12 Départements Français qui constituaient à l'époque la deuxième puissance d'Afrique après l'Afrique du Sud !
Qu'est devenu ce pays qui était plein d'avenir ? Un coupe-gorge permanent ! Un enfer quotidien !
Le chaos ! à tel point que ses habitants viennent par milliers se réfugier en France !
Faut-il nous aussi glorifier, comme le fait le gouvernement algérien, la 'victoire' du 19 Mars ?
Cette FNACA fournit aussi le plus fort contingent de 'témoins' qui font le siège des émissions dites 'documentaires' sur la guerre d'Algérie dans lesquelles on salit notre armée et les 'petits militaires' qui, eux, ont trop souvent laissé leur vie sur la terre d'Algérie à cause des lâches et des traîtres. Ils ont fait leur 'boulot', eux ! Hélas !
Depuis 40 ans, la propagande vous aveugle et vous cache la vérité. La FNACA en est le fer de lance. Elle bénéficie de subventions et d'aides considérables et emploie des moyens déloyaux pour s'infiltrer chez vous.
Là encore ce sont des méthodes éprouvées.
Notre devoir est de dénoncer les falsificateurs afin de pouvoir cicatriser les plaies, retrouver la paix des consciences qui mènera à la réconciliation entre les hommes de bonne volonté et de bonne foi.
Et vous, mes camarades de combat, allez-vous tomber dans le piège ?
Renseignez-vous, contrôlez ce que j'écris : si vous voulez, contactez-moi.
Quand vous aurez la réponse allez-vous rester dans la nasse ?
Merci de votre attention.
#2
Khader 14 Mars 2007
Rappel de certains chiffres et faits
Rôle des jeunes appelés instituteurs, les soins prodigués dans les dispensaires, les marchés créés, les équipes médico-sociales itinérantes, les musulmans toujours plus nombreux à se rassembler à l'abri de nos SAS, à envoyer leurs enfants s'instruire à l'école.

Rien de tout ce qui a fait de notre combat une guerre « pas comme les autres » et qui lui a donné ses lettres de noblesse. Il ne faut surtout pas que les lecteurs, se souvenant de leurs victoires, petites ou grandes, en tirent fierté et risquent de demander des comptes à ceux qui n'ont jamais arrêté de les bafouer puis de les trahir. A ceux qui, à l'époque, étaient les porteurs de valises du FLN, ou les déserteurs, voleurs et fournisseurs d'armes à l'ennemi : un certain aspirant Maillot vous en souvient-il ?

A l'exemple de la « sale Guerre d'Indochine », ces gens si longtemps fidèles à Moscou veulent maintenant imposer l'image de la « sale guerre d'Algérie ». A l'assemblée générale du Jura, le 12 mars 1972, Yvan COUTON, délégué du bureau national de la FNACA, déclarait déjà: « il faut affirmer que nous avons participé à une sale guerre et pour cela tous les moyens sont bons, notamment l'exploitation politique d'excès isolés, inhérents à tous conflits et délibérément grossis par la propagande ».

Depuis que les événements du maintien de l'ordre sont devenus légalement la « Guerre d'Algérie », et que les porteurs de valises complices du FLN, les traîtres, les déserteurs, les coupables « d'intelligence avec l'ennemi » craignent de comparaître un jour devant un tribunal appliquant, à la lettre, le Code de Justice Militaire (où la peine de mort n'est pas abolie), l'offensive antimilitariste a atteint des sommets : il n'est plus question que des crimes, des tortures, des viols commis par nos Armées en AFN.

Ce qui permet de passer sous silence les égorgements du FLN durant le conflit et le génocide de nos harkis désarmés et de leurs familles perpétré après le « cessez-le-feu » unilatéral de 1962, ainsi que le sort funeste de milliers de nos compatriotes soumis à la barbarie avant d'être « portés disparus ».

Cette perversité à dévoyer les sentiments les plus nobles atteint son point culminant à chaque anniversaire du 19 mars 1962 : la FNACA invite ses comités à commémorer le « cessez-le-feu », au nom de la Paix (au même titre que le 11 novembre ou le 8 mai) et presse les communes Françaises à pavoiser, jouant cyniquement sur l'aspiration profonde à la Paix de tout véritable ancien combattant. Elle use et abuse de ce mot, comme les communistes l'ont toujours fait, pour couvrir tous les abandons, tous les crimes. Il ne faut plus laisser exploiter la candeur de beaucoup d'anciens d'Algérie qui ignorent qui sont leurs vrais dirigeants parisiens de la FNACA et sont abusés par ceux-là mêmes qui, depuis de longues années, suivent la consigne antimilitariste de Jacques DUCLOS en « TRAVAILLANT à la DÉFAITE de L'ARMÉE FRANÇAISE PARTOUT où ELLE SE BATIT»

Les chiffres officiels des pertes en Algérie.

La FNACA annonce 30 000 morts âgés de 20 ans dans nos forces en AFN, sous-entendu : 30 000 jeunes Français du contingent. Or en réalité il y a eu 25 108 morts. (1247 au Maroc, 665 en Tunisie, 23 196 en Algérie). Sur les 23 196 morts en Algérie de 1954 à 1962, il y a eu 11913 appelés et 11283 militaires d'active.

De même, les 300 000 blessés annoncés par la FNACA, n'ont été en fait que 70 637 en AFN. (7 041 au Maroc, 3 408 en Tunisie, 60 188 en Algérie).

Il n'y a pas eu 3 000 000 de Français qui ont combattu en AFN, mais 1747 927 dont 1 343 000 appelés et rappelés pour 404 927 d'active, ce qui fait environ 50 % de moins que les chiffres del a FNACA qui annonçait:
Maroc 120 163 appelés et rappelés et 43 590 d'active,

Tunisie 121 257 (appelés et rappelés) 43792 (d'active)

Algérie 1 101 580 (appelés et rappelés) 317545 (d'active)

Par rapport à l'effectif ayant servi en Algérie de 1954 à 1962, les morts &activé représentent un pourcentage de 3,55 contre 1,08 pour les appelés et rappelés, alors que les tués au combat ou par attentat en Algérie se chiffrent à 12 954 (7 349 appelés et rappelés, 5 605 d'active).

En revanche la FNACA ignore les milliers de victimes de d'après﷓ 19 mars 62 : plus de 150 000 supplétifs, harkis et familles, 25 000 Français d'Algérie, dont 3 500 à Oran pour la seule journée du 5 juillet 1962 et 3 17 soldats du contingent, capturés, désarmés puis égorgés et " portés disparus"!

Ceci ne vous rappelle-t-il pas que le PCF se targuait, en 1945 d'être le parti des 30 009 fusillés alors que dans toute la Résistance le chiffre officiel des fusillés par les Allemands est de 7 250 !

Union Nationale des Français d'AFN et des soldats de l'Armée d'Afrique
#3
Khader 16 Mars 2007
Communiqué du site JPN
JEUNE PIED-NOIR INFORMATION

Voir pour plus de détails le site JPN : http://perso.wanadoo.fr/jeunepiednoir/jpn.wst

- Tel : 06 80 21 78 54



Bulletin du 16 mars 2007

************************* *****



" L'anniversaire des accords du 19 mars 1962, mettant fin à la guerre d'Algérie, n'a pas à faire l'objet d'une célébration." - Valérie Giscard d'Estaing - 19 mars 1980



"S'il s'agit de marquer le recueillement national et d'honorer les victimes de la guerre d'Algérie, je dis que cela ne peut pas être le 19 mars." - François Mitterrand - 24 septembre 1981

************************* *******

UN CRIME D'ETAT !

Michel Tubiana - président de la Ligue des Droits de l'Homme - Libération 10 septembre 2001



LA VERITE SUR LA VIOLATION

DES ACCORDS D'EVIAN DU 19 MARS 1962 RECONNUE PAR LA LOI DU 23 FEVRIER 2005



L'article 2 de la loi du 23 février 2005 reconnaît la violation des accords d'Evian. Dans ces conditions il apparaît inadmissible vis-à-vis des 175.000 Français d'Algérie victimes de ce crime d'Etat que des membres du gouvernement, des parlementaires, des maires et des élus s'associent aux cérémonies publiques ou privées organisées par à l'initiative d'une association d'Anciens Combattants d'Algérie présentant de façon mensongère la date du 19 mars 1962 comme celle de la "paix en Algérie". Outre les dizaines de milliers de Français assassinés après le 19 mars 1962, plus de 500 militaires Français ont, selon la plus importante des associations d'Anciens Combattants, l'Union Nationale des Combattants, disparus ou ont été assassinés par le FLN après le 3 juillet 1962 date de l'indépendance de l'Algérie. Nous vous demandons de diffuser ces informations à vos députés, sénateurs, préfets, maires et élus locaux afin qu'ils évitent de s'associer à ces cérémonies inacceptables pour les victimes civiles et militaires françaises et leurs familles du 19 mars 1962.



Depuis 1963, le 19 mars n'a jamais été reconnu comme une date officielle par aucun des gouvernements de droite et de gauche . Cette date ne peut être commémorée que dans un lieu privé et sans annonce légale. Pour le respect des victimes, demandez à M. le ministre des Anciens Combattants, M. Hamlaoui Mekachera, lui même rescapé des massacres du 19 mars 1962, à votre Préfet, à votre Député, à votre Maire l'interdiction de la commémoration du 19 mars 1962 devant le Monument aux Morts des villes et villages de France et d'Outre-mer. Allez expliquer la Vérité à celles et ceux qui, souvent de bonne foi, se laissent abusés par la présentation apparemment patriotique de cette commémoration.



M. Hamlaoui MEKACHERA - Ministre délégué aux Anciens Combattants

37, rue de Bellechasse - 75007 Paris

Tel : 01 44 42 10 01 / 10 13/ 10 15 / 10 00 - Fax : 01 44 42 101 12 / 10 62

Courriel : nse.gouv.fr

.fr

nse.gouv.fr
#4
gergovia 19 Mars 2007
deuil national
Décrétons le 19 Mars journée de deuil national

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 49 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui71
mod_vvisit_counterHier370
mod_vvisit_counterSemaine2866
mod_vvisit_counterMois10244
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com