Nicolas SARKOZY et les Harkis et leurs Familles : une très (in)divine comédie teintée de félonie importée d'Algérie !!!

sar.jpg 

Désolé mais BOUTEFLIKA ne veut pas que je le dise !!!

"Si je suis élu, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des Harkis et d'autres milliers de musulmans français qui lui avaient fait confiance, afin que l'oubli ne le les assassine pas une nouvelle fois !!!"

 (Dixit Nicolas SARKOZY le 31 mars 2007 en son QG de Campagne à Paris devant environ 300 Harkis et leurs Familles impliqués dans le monde associatif et militant).

 
C'est à l'appui de ce "serment très solennel", de la part du nouveau Président de la République Française, alors qu'il était candidat aux élections présidentielles de 2007, que je me suis rendu, assez confiant mais prudent, à son invitation, à l'Elysée, hier, en espérant qu'il tiendrait parole, en définitive, car ne l'avait-il pas répété, haut et fort, depuis son élection ?
 
Depuis le début de cette matinée, du mercredi 5 décembre 2007, je fus sollicité, sans répit, par la presse et les médias (les mêmes qui nous méprisent, en permanence, quand nous les plébiscitons pour réhabiliter la vérité et dénoncer le racisme anti-harkis !), à la recherche du "scoop", pour connaître mon "pronostic" et autres "indiscrétions", car il est vrai que la Coalition Nationale des Harkis et des Associations de Harkis, via votre site préféré "coalition-harkis.com", a toujours "plusieurs trains d'avance" et, nous fûmes, aussi, les premiers à lancer mais, sur un mode interrogatif (of course !), la possibilité d'un "discours historique", le cas échéant, qui fut "parasitée" un peu partout. Néanmoins, j'ai décliné,  à juste titre, les interviews et les plateaux proposés, n'ayant rien à dire avant d'entendre l'allocution du Chef de l'Etat.
enri.jpgArrivé au Palais de l'Elysée, je fus très heureux d'y retrouver, mes amis (es) et, non moins, soeurs et frères de lutte, de tous horizons (Rapatriés d'Origine Nord Africaine, Pieds-Noirs, Anciens Combattants, ...) mais, également, certains de nos fidèles internautes que je ne connaissais pas encore de visu. Et, comme à son habitude assez fâcheuse, la "star présidentielle" se fit attendre, évidemment, plus de 45 minutes mais, 45 années après, notre "drame"; nous n'en étions plus à une heure près !!! M. SARKOZY se lança, aussitôt, dans un discours faussement valorisant et prometteur, annonçant, sans la moindre précision, toute une série de "mesurettes", à l'égard des Rapatriés (RONA et PN) qui étaient trop similaires à celles mises en place, précédemment et en vain, par les autres législatures. De surcroît, ses déclarations n'étaient pas à la hauteur, d'un Président de la République, se voulant révolutionnaire et, surtout, non-parjure !!!
Sur le contenu global, de sa "prestation sans panache", je n'ai pas grand-chose à dire puisqu'il s'agit, en réalité, des sempiternels "effets d'annonce stériles", sur la réparation et l'accession au logement et à l'emploi  renforcée mais, quand, comment et de quelle manière vont-elles se faire sur le terrain ? En revanche, j'ai trouvé très choquants et indécents, certains "propos plus qu'équivoques", du Sieur SARKOZY, notamment, en alléguant que : "Les Harkis ne peuvent être tenus responsables d'avoir cru en la parole de la France..." et : "Les Harkis n'ont fait qu'obéir aux ordres qu'on leur donnait...", comme si celui-ci souhaitait confirmer, de facto, la "propagande du FLN" et, sa "quasi-repentance de fait" déclamée, en Algérie et, désapprouvée par 83 % des Français (es) en se référant à un récent sondage publié dans Le FIGARO (cf. article à lire ci-dessous). 
figaro.jpg
En outre, il convient de rappeler, à M. SARKOZY, qu'il n'est pas le Dalaï Lama et, encore moins, un "père de famille souhaitant gérer équitablement un sérieux conflit avec ses enfants en froid, en l'occurrence les Algériens et les Français car les Algériens ne sont pas ses enfants mais des étrangers qui nous sont en majorité hostiles !" mais, uniquement, le Président de tous les Français (es) et, son côté "aimez-vous les uns les autres" est, purement, ubuesque voire grotesque ! 
Comment peut-on aimer, les ressortissants d'une dictature souveraine qui passent leur vie à nous insulter et, à commencer, par son plus haut indignitaire, à savoir, le "gnome despotique du FLN" Ziziz BOUTEFLIKA ?
Cessons cette hypocrisie de façade et, revenons aux réalités irréfutables, puisque la véritable amitié (et autre réconciliation), entre les deux peuples, n'est pas prête à se faire, avant des décennies et, elle se fera, le moment-venu, naturellement et sans le moindre artifice étatique, car ce sera, ce jour-là, une envie sincère et mutuelle mais, nous en sommes encore très loin !!!
Enfin, force est de constater que Nicolas SARKOZY s'est parjuré en deux points essentiels, d'une part, en ne respectant pas sa parole donnée, aux Harkis et leurs Familles, le 31 mars 2007 et, d'autre part, en revenant in fine sur son engagement formel d'exclure toute forme de repentance, à l'égard du FLN, qu'il a d'ores et déjà entamée insidieusement !!!
Par conséquent, nous prenons acte, de la fin de notre ultimatum resté sans effet et, nous agirons, très prochainement, en réplique à ce camouflet étatique de plus !!!
Affaire à suivre
Khader MOULFI 
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Commentaires  

#1
Khader 06 Décembre 2007
Khader MOULFI sur RFI
France/Algérie
La déception des harkis
par RFI

Article publié le 06/12/2007 Dernière mise à jour le 06/12/2007 à 04:49 TU

Selon les historiens, entre 60 000 et 80 000 musulmans français ont été tués entre les accords d'Evian de mars 1962, qui mirent fin à la guerre proprement dite, et l'indépendance algérienne, en juillet 1962.

Tout juste de retour d'Algérie, Nicolas Sarkozy a rendu hommage aux anciens supplétifs musulmans de l'armée française pendant la guerre d'Algérie. Mais il n'a pas reconnu la responsabilité de l'Etat français dans leur abandon, contrairement à ce qu'il avait promis pendant la campagne électorale. On évalue aujourd'hui à plusieurs centaines de milliers le nombre des harkis et de leurs descendants en France. Ils réclament l'indemnisation des biens spoliés et la réparation des préjudices moraux subis, soit environ plus de 40 milliards d'euros.
Imprimer l'article
Envoyer l'article
Réagir à l'article

Cela devait être un discours historique. Mais les espoirs ont été un peu déçus. Tout juste de retour de sa tournée en Algérie, Nicolas Sarkozy a invité les représentants des harkis à l'Elysée. Il leur avait promis durant la campagne électorale de reconnaître au nom de la Nation, la responsabilité de la France dans l'abandon et les massacres des harkis après les accords d'Evian, qui ont mis fin à la guerre d'Algérie.

Dans son discours, Nicolas Sarkozy a dit que les harkis devaient recevoir un hommage « solennel et juste », qu'à leur arrivée en France ils avaient été mal accueillis. Mais du côté des harkis, l'allocution a été accueillie de façon plutôt mitigée. Le discours de Nicolas Sarkozy devait marquer les mémoires, mais les harkis n'ont visiblement pas tous été convaincus. Kader Moulfi, porte-parole de la Coalition nationale des harkis, se sent visiblement floué : « Nicolas Sarkozy s’est un peu parjuré, puisque aujourd’hui il ne fait pas un discours qui reprend ses promesses électorales, mais il se borne simplement à dire « aimez-vous les uns les autres ». Nous pensons que Nicolas Sarkozy a décidé de ne pas le faire parce qu’il a eu des pressions, notamment de l’Etat algérien, et également des hommes d’affaires et de ceux qui ont intérêt aujourd’hui à reprendre des relations normalisées avec l’Algérie. Donc les harkis ont été à l’époque sacrifiés parce qu’ils étaient les témoins gênants d’une période, et aujourd’hui on les sacrifie de nouveau pour pouvoir reprendre des relations normalisées avec l’Algérie ».

Dans son discours, Nicolas Sarkozy a demandé la création d'une fondation sur la guerre d'Algérie. Un rapport du Conseil économique et social doit également être présenté ce mois-ci sur de nouvelles réparations financières; une première étape pour Braïm Mourabaa, secrétaire général du Conseil national des musulmans rapatriés : « Je pense que l’initiative prise par Nicolas Sarkozy était la meilleure. Je pense qu’il y a aujourd’hui une approche en termes de reconnaissance, c’est très important. Bien évidement on avance par étapes. Compte-tenu du temps qui passe, nos anciens disparaissent un à un, et effectivement, il faut aller très vite en termes de reconnaissance ».

Le temps presse pour une reconnaissance totale. Le plus jeune harki encore en vie a plus de 65 ans.
#2
fantomas 06 Décembre 2007
blablablablabla
comme d'habitude du baratin, agrémenté des trémolos de circonstances..
ce qui est notable c'est qu'il a souligné à plusieurs que pn et harkis étaient de bonne foi, formule condescendante pour expliquer que vous fûtes dans l'erreur.
quand on dit de quelqu'un qu'il est de bonne foi c'est pour atténuer une faute....
bien entendu rien ou presque sur l'oeuvre française en 130 ans.

et surtout le plus extravagant cette volonté de mettre dans le même lot les terroristes fln et leurs victimes et d'appeler à une grande réconciliation, comme si tout ceci n'était qu'une dispute de cour de récréation...

bref, son objectif tirer un trait sur le passé sur le dos des intéressés et faire de bonnes affaires pour ses potes du cac 40
#3
merouane 06 Décembre 2007
bonsoir kader patience la fin du pétrole est proche..
#4
Khader 07 Décembre 2007
Communiqué du Collectif Pieds-Noirs
Communiqué

Les Responsables associatifs des Français Rapatriés reçus par le Président de la République, à son retour d'Algérie, le 5 décembre ont entendu les déclarations du Chef de l' Etat.

" Si la France a une dette morale, c'est d'abord envers vous " avait déclaré M Sarkozy en avril dernier.

Ils regrettent qu'en cette journée d'hommage national aux Victimes de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie, le Président n'ait pas saisi une telle occasion solennelle pour concrétiser cette volonté de reconnaissance et de réparation.

Ils relèvent avec consternation que sur le site de l'Elysée, n’aient été mentionnées que les associations d'anciens combattants et de rapatriés Harkis. Les “Pieds-noirs” et les “Harkis” revendiquent fortement leur appartenance à la catégorie des Français Rapatriés et s'opposent à toute tentative de division.

Ils tiennent à exprimer la très vive émotion de la communauté rapatriée à la suite des déclarations du Président de la République assimilant uniquement la période française de l‘Algérie à un système d'asservissement ce qui contribue à jeter indirectement l'opprobre sur les Français d'Algérie et résonne comme une repentance qui ne dit pas son nom.





Signé par les fédérations suivantes :

- Fédération Nationale des Cercles Algérianistes, BP 213 11102 Narbonne Cedex

- Comité de Liaison des Associations Nationales de Rapatriés (C.L.A.N.R.), 7 rue Pierre Girard,75 010 PARIS

- Comité de Liaison des Associations Indépendantes et Revendicatives de Rapatriés (C.L.A.I.R.-R.), 95 rue d’Amsterdam 75 008 PARIS

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 98 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui397
mod_vvisit_counterHier475
mod_vvisit_counterSemaine3736
mod_vvisit_counterMois12281
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com