La revue de presse expresse de Coalition-Harkis.Com !!!

Les débats se poursuivent dans les commentaires ci-dessous qui seront mis à jour quotidiennement au fur et à mesure !!!

 boutefnazi.jpg

Et un ! Et deux ! Et trois mandats ! Rien que pour moi ! Heil Boutef !!!

 

 

Je sais ! Mea culpa ! Mea culpa ! Mea maxima culpa ! Car je fus absent de la "toile", assez longuement, nonobstant une actualité nationale et internationale chaotique et très chargée en générale pour la Nation et, plus particulièrement, pour les Rapatriés d'Algérie (Harkis, Pieds-Noirs et leurs familles). Mais, parfois, il faut savoir prendre du recul régénérateur, se poser les bonnes questions et, surtout, rechercher sereinement et objectivement les réponses idoines à nos problématiques récurrentes de très longue durée (doux euphémisme délibéré en l'occasion Ok !).

Tandis que la "majorité silencieuse" le demeure ad vitam aeternam en espérant, en vain et de manière "suicidaire", le "miracle" du militantisme par procuration en laissant cette trop lourde tâche (relevant des 12 travaux d'Hercule), à une poignée de personnes engagées "corps et âmes", sans moyens ni soutiens populaires de terrain (se devant d'être massifs pour être visibles afin d'être pris au sérieux par les "princes qui nous gouvernent mal trop souvent" !)), dans ce combat titanesque relevant du véritable  "sacerdoce", au prix d'énormes sacrifices personnels et professionnels qui finissent, un jour, par user et désabuser les rares "troupes" impliquées. 

Tout en se faisant critiquer, de surcroît, quotidiennement et de façon ubuesque, par le public défendu, eu égard à ce manque cruel de résultats significatifs (Eh oui, on n'obtient naturellement que ce que l'on mérite à la sueur de son front !). D'autres continuent de croire, pour leur part, que c'est dans la "prolifération" de communiqués et autres actes autarciques et individualistes (et virtuels), auprès des intéressés rapatriés se relayant entre eux-mêmes, que viendra notre "salut" (?). Certes, il est important de s'informer et d'informer mais cela ne suffit pas ou plus pour "l'emporter" !!! 

Que nenni mes amis (es) et l'on pourrait ressortir la célèbre tirade du conte de Charles PERRAULT  "Barbe Bleue" : "Anne, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir ?". Après 47 ans, de "faux-départs", ne serait-il pas temps que tout le monde se remette en cause et se concerte ? N'est-il pas l'heure, désormais, des bilans faisant abstraction de l'ego et/ou des intérêts des uns et des autres, pour l'intérêt général ? Pourquoi les choses n'évoluent-elles pas, en France, pour les Harkis, les Pieds-Noirs et leurs familles, avec une tendance très alarmante à s'aggraver d'année en année ?

Votre site préféré "coalition-harkis.com" s'apprêtait à célébrer, dans la joie et la bonne humeur, son troisième anniversaire, au service de notre cause commune en très grand péril mais, pour cette fois-ci, exit la "teuf virtuelle" pour un retour vers la triste réalité (quoique  très fréquemment tragicomique malgré-elle via nos politiciens affligeants en majorité et autre intelligentsia arrogante et décalée !), en essayant de commenter, succinctement, avec notre ton habituel pamphlétaire et caustique, quelques éléments de l'actualité récente nous touchant de très près ou de pas très loin. 

1) Elections Présidentielles en Algérie.

Je vais vous raconter une histoire qui vous fera mourir de rire ! L'Algérie est indépendante et démocratique depuis le 18 mars 1962 (date à laquelle la signature des Accords d'Evian a permis de livrer, le pays et le peuple, à une horde de satrapes sanguinaires et corrompus ayant instauré l'une des pires dictatures en vigueur !) Baba ! Allez, avouez-le ! Elle est bien bonne cette blague ???

sarkozy_bouteflika200.jpgPour preuve, il se prépare, 47 années plus tard, des "élections présidentielles" en FLN's Land dans la perspective de confirmer la "réélection" préméditée du "gnome despotique du FLN", Ziziz BOUTEFLIKA, via une parodie de suffrage universel en vue de duper l'opinion mondiale qui feint de l'agréer (Mesdames et Messieurs les observateurs, changez de lunettes) pour cause de "nécessité énergétique" (pétrole et gaz obligent à mettre les droits de l'homme au dodo quand il s'agit de faire tourner le turbo Muet !). Qu'on se le dise le parti unique tant décrié par des flnistes tels que Ferhat ABBAS, premier président du GPRA (viré par ses propres amis from FLN), EST BIEN OMNIPRESENT, en dépit des godillots de céans qui s'agitent en laissant supposer, à l'instar d'un numéro de cirque bien huilé, l'existence d'une diversité politique algérienne (celui qui peut croire ça, ne doit plus douter qu'il y a vraiment des martiens parmi nous depuis Roswell !). Par conséquent, parions sans le moindre risque pécuniaire que le Sieur BOUTEF sera réélu, demain, avec un score de république bananière dont les voix des binationaux franco-algériens se devant d'adopter pour la plupart une "schizophrénie idéologique" (droits de l'hommisme outranciers imposés chez Marianne et tyrannie + corruption acceptées chez la Grande Zohra -nom donné jadis à l'Algérie française) !!!

Tout quidam doté d'un minimum d'honnêteté intellectuelle dirait que la présence flniste en Algérie, au cours de ces dernières décennies, n'a eu qu'un "aspect négatif" indéniable, en l'occurrence : l'autocratie, la misère, le retour de certaines maladies naguère éradiquées, le chômage massif, l'absence de production interne même pour les produits dits de première nécessité, la contrainte à l'exode social massif chez le "méchant occupant colonialiste nazi" (dixit BOUTEFLIKA qui est un grand comique fervent adepte du paradoxe quand il s'y met !), guerres civiles fratricides, ... Et, l'on est à des années-lumière des promesses de "bonheur et prospérité", de ces satrapes, envers "le pauvre peuple qui dérouille pendant que ces fripouilles s'en mettent plein les fouilles !" mais il convient de se rappeler que TROTSKY, STALINE, MAO, CASTRO, ... Bref, tous les "bienfaiteurs de l'humanité" (je plaisante of course !) déclamaient, également, ces sempiternelles inepties marxistes dont nous connaissons les terribles conséquence (200 millions de morts pour leur "bien") !!!

Ségolène ROYAL (la maldonne poitevine !) aurait dû, effectivement, demander "pardon" à l'Afrique (intégrant le Maghreb) mais, essentiellement, pour l'abandon criminel, par l'Etat français, des peuples africains, à des despotes ayant mené ce continent vers le chaos quasi-irréversible !!!

Et, devinez qui a été désigné ès qualité de "boucs-émissaires" de la déconfiture du FLN ? Gagné ! Les Harkis et les enfants de Harkis qui, selon les despotes en place, seraient infiltrés dans toutes les sphères de pouvoir algériennes (?). Mais, de qui se moque-t-on ? Car on nous reproche, de manière mensongère, ce que les "chevaux de Troie du FLN" font crescendo en France !!!

2) Le maire de Valence a des hallucinations fantasmagoriques.

photo.site3.jpgDans mon article précédent (à lire en cliquant sur ce lien), je vous relatais la manifestation contre le 19 mars 1962 à Valence dans la Drôme à laquelle j'ai participé. A ma très grande surprise, j'ai constaté que j'avais loupé un épisode, fort heureusement, évoqué par Alain MAURICE, le maire valentinois, dans le Dauphiné Libéré du 21 mars 2009 (à consulter en cliquant dessus), à savoir : "Nous avons tenu bon face aux montagnes de lettres de menaces, face à cette manifestation de samedi avec 500 à 800 personnes encadrée par une trentaine de miliciens au crâne rasé, habillés de noir" (?). Plus sérieusement, en plus de ne pas savoir compter (il y avait environ 3000 personnes ce jour-là), le Sieur MAURICE doit rêver, secrètement, de "mauvais garçons" le molestant (oh le petit pervers Cool !) au point d'en imaginer partout la présence car, hormis des personnes âgées au crâne dégarni, je n'ai pas le souvenir d'avoir croisé de "skinheads", dans le cortège, comme le prétend, de manière implicite, honteuse et indigne de son mandat électif, le premier magistrat de cette charmante commune, en insultant de paisibles manifestants n'ayant créé aucun incident. Ses élucubrations diffamatoires ont engendré, aussitôt, de très nombreuses réactions d'indignation, notamment, de la part d'associations de Rapatriés et d'Anciens Combattants dont les Cercles Algérianistes incluant celui de Drôme Ardèche présidé par notre ami Bernard CINI (à lire les doléances sur son site en cliquant dessus).

3) Démissions en série au Haut Conseil des Rapatriés.

Douze membres ont démissionné, récemment, du HCR (le Haut Conseil de Rien Heureux !), face à un sentiment légitime d'impuissance et d'inertie. Sincèrement, je pense que cette institution placebo devrait disparaître, définitivement, au profit de structures plus efficaces telles que la Fondation pour la Mémoire d'Outre Mer (pour ce qui concerne le travail de mémoire et combattre la propagande du FLN et de ses porteurs de valises) nous jouant l'Arlésienne depuis 2005. Le HCR n'a été, pour le moment, qu'une scène dédiée à la tragédie de bastringue et aux perfides ambitions personnelles de certains clans cooptant les "soumis" et cela n'a jamais fait avancer une cause et les débats y afférents nécessitant une totale abnégation, des compétences éprouvées et prouvées, des propositions réalistes, des vues contradictoires mais constructives, des compromis, un esprit fédérateur, ...

LISTE DES DEMISSIONNAIRES EN CLIQUANT SUR CE LIEN

J'apporte mon soutien au député de l'Hérault M. Elie ABOUD qui subit les foudres calomnieuses de la LDH & Consorts pour avoir participé à une célébration en hommage aux victimes du massacre étatique du 26 mars 1962 de la Rue d'Isly à Alger (lire l'article de Midi Libre en cliquant dessus). 

Les prochains sujets abordés, dans notre revue de presse expresse N° 2, seront Georges FRECHE et les commémorations de la honte du 19 mars 1962 à travers l'Hexagone.

 

Affaire à suivre...

Khader MOULFI

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.         

Commentaires  

#1
Libération 09 Avril 2009
Le vote des binationaux en France
Le vote depuis la France
Réagir

Depuis samedi, les milliers d’Algériens de France (dont beaucoup de binationaux) sont appelés aux urnes pour la présidentielle. Ils ont jusqu’à aujourd’hui pour participer au scrutin, jour du vote en Algérie. Le dépouillement aura lieu ce soir, en France comme en Algérie, et les résultats sont attendus demain.

Avec plus de 776 00 inscrits sur 20,6 millions d’électeurs algériens, selon les chiffres de l’ambassade, les Algériens de l’Hexagone représentent une composante non négligeable de l’électorat. En 2004, lors de la dernière présidentielle, le taux de leur participation était «autour de 30 à 33 %».

134 bureaux de vote ont été ouverts dans 18 circonscriptions.
#2
REUTERS 09 Avril 2009
Boutef Vs Boutef
L'apathie des électeurs, principal rival de Bouteflika
il y a 45 min

Avec une résignation perceptible, les Algériens s'apprêtent à prolonger ce jeudi de cinq ans le double quinquennat du président Abdelaziz Bouteflika à la tête d'un pays riche en pétrole et en gaz mais qui peine à se remettre d'une longue insurrection islamiste.

"La hantise de l'urne vide", titre le quotidien Le Soir d'Algérie sur la première page de son édition de jeudi. "L'abstention, seul et unique adversaire de Abdelaziz Bouteflika, pourrait fausser tous les calculs du scrutin qui se déroulera aujourd'hui", écrit le journal.

Les bureaux de vote qui ont ouvert leurs portes à 08h00 locales (07h00 GMT) devaient fermer douze heures plus tard, mais aucun résultat ne sera annoncé avant vendredi, jour où il reviendra au ministère de l'Intérieur de communiquer le nom du vainqueur.

Une heure environ après le début du scrutin, il n'y avait pas foule devant les bureaux de vote de la capitale.

"Voter ou non ne fera aucune différence, car de toute façon, Bouteflika l'emportera", explique le politologue Nacer Djabi. "C'est pourquoi on peut s'attendre à un taux de participation bas."

Dans la capitale, les autobus et les réverbères sont recouverts d'affiches appelant à voter pour le président sortant, 72 ans. En revanche, on ne voit nulle part les affiches des cinq autres candidats.

Si la violence de la décennie 1990 a reflué dans le pays, la rébellion islamiste s'est radicalisée, faisant allégeance à Al Qaïda. L'état d'urgence instauré il y a 17 ans reste en vigueur, ce qui n'empêche pas la frustration de la population de dégénérer régulièrement en émeutes dans les villes de province.

Le ministre de l'Intérieur a estimé il y a trois semaines que le "terrorisme" reculait dans ses principaux bastions, mais qu'il était encore en mesure d'organiser des attentats "spectaculaires" afin de profiter de la caisse de résonance de la campagne électorale.

Professeur d'administration publique à l'Université d'Etat de Californie, Hamoud Salhi doute toutefois que le scrutin, qui se déroule dans un climat d'apathie générale, débouche en lui-même sur un retour aux violences des années 1990 qui ont fait jusqu'à 150.000 morts.

CONSTITUTION MODIFIÉE

Abdelaziz Bouteflika, qui n'a pas de concurrents à sa mesure parmi les cinq candidats qui se présentent face à lui, a promis de consacrer après sa réélection 150 milliards de dollars au redressement du secteur économique non-pétrolier déclinant, au logement et aux infrastructures.

Mais les rangs des chômeurs grossissent chaque jour parmi les jeunes, qui forment l'immense majorité de la population, et le pouvoir a du mal à s'attacher une population désabusée et à priver les islamistes armés de tout soutien populaire.

Le ressentiment de la jeunesse éclate parfois en province, mettant aux prises les forces de sécurité à des émeutiers armés de pierres et de bâtons qui érigent des barricades de pneus enflammés, s'en prennent aux véhicules officiels et saccagent des immeubles.

A l'occasion de manifestations de protestation contre l'offensive israélienne à Gaza, en janvier, les rues d'Alger ont été le théâtre d'affrontements entre la police anti-émeutes et des milliers de jeunes qui scandaient des slogans anti-gouvernementaux et favorables à l'établissement d'un Etat islamique.

Les partisans de Bouteflika, qui comptent dans leurs rangs de nombreux citadins laïques, espèrent qu'une forte participation lui donnera un mandat clair pour continuer son entreprise de redressement national après 17 ans d'islamisme armé.

L'Assemblée nationale populaire a modifié la constitution en novembre pour supprimer la limitation à deux du nombre de quinquennats présidentiels et permettre à cet homme dont la carrière politique a débuté dès l'indépendance de l'Algérie, en 1962, de se maintenir au pouvoir.

Cette initiative, dans laquelle ses détracteurs voient le prélude à une présidence à vie, implique nécessairement l'aval des "décideurs" militaires, mais le recours au parlement plutôt qu'à un référendum a creusé le fossé entre Bouteflika et la société civile, estime un analyste.

Avec Tom Pfeiffer, version française Marc Delteil et Eric Faye
#3
AFP 10 Avril 2009
Félicitations chaleureuses de SARKOZY
"Chaleureuses et amicales félicitations" de Sarkozy à Bouteflika
Il y a 9 heures

PARIS (AFP) — Le président Nicolas Sarkozy a adressé vendredi ses "chaleureuses et amicales félicitations" à son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika à l'occasion de sa réélection.

M. Sarkozy a souhaité à M. Bouteflika "plein succès dans la haute mission qui est la sienne". Il a déclaré dans un communiqué être "attaché à la construction d'un partenariat d'exception entre la France et l'Algérie".

"Le chef de l'État formule le souhait que nos deux pays, riches de leurs peuples et de la proximité qui les unit, parviennent à construire un lien exemplaire aux yeux du monde", est-il ajouté dans le texte transmis par l'Elysée.

M. Bouteflika, 72 ans, a été réélu pour un troisième mandat avec 90,24% des voix à l'issue du scrutin de jeudi dont le taux de participation a atteint 74,54 %, a annoncé vendredi le ministre de l'Intérieur Yazid Zerhouni.

Copyright © 2009 AFP. Tous droits réservés. Plus »
#4
Khader 10 Avril 2009
BOUTEF : Yes he can !
Bonsoir à toutes et tous les internautes,

Les résultats ne se sont pas fait attendre pour le "gnome despotique du FLN" Ziziz BOUTEFLIKA qui a pu ainsi se succéder à lui-même, aujourd'hui, via un score grand-guignolesque de 90,24 % des voix :D !!!

Voilà encore un exemple de la "démocratie" vue par les flnistes. Au moins, Houari BOUMEDIENE avait le courage d'assumer, son despotisme, en étant le seul candidat en lice car à parti unique, le candidat unique s'impose.

Sauf à supposer que les Algériens subissant le calvaire, chaque jour, seraient "maso" au point de plébisciter ad vitam aeternam leur "bourreau en chef", il convient de s'interroger sur la sincérité du scrutin (?).



Et, je danse, danse, danse jusqu'au bout de la nuit !!!


Il est choquant et indécent que notre Président de la République Nicolas SARKOZY puisse féliciter, au nom de la France, cette parodie d'élection. Tiens au fait ! Cette fois-ci, Yama RADE ne l'a pas ramené en nous sortant l'une de ses sempiternelles "petites phrases" manichéennes et démagogiques :P !!!

Espérons au moins que BOUTEF mettra en pratique, dans les plus brefs délais, son intention de faire adopter une loi algérienne prohibant la double nationalité comme il avait pu l'annoncer jadis en vain. Dans ce contexte, il fera une chose positive que nos dirigeants n'ont pas, quant à eux, le cran de faire nonobstant l'urgence y afférente.

Affaire à suivre...

A.F. Très Cordialement,

Khader MOULFI

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 41 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui493
mod_vvisit_counterHier475
mod_vvisit_counterSemaine3832
mod_vvisit_counterMois12377
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com