L'Affaire Georges FRECHE et des "sous-hommes" vue par Coalition-Harkis.Com !!!

De sa genèse à son dénouement ubuesque annoncé : chronique d'une fumisterie étatique et judiciaire machiavélique et préméditée !!!

Les débats se poursuivent dans les commentaires ci-dessous qui seront mis à jour au fur et à mesure !!! 

Procès de Khader MOULFI en supposée diffamation publique à Bourg-en-Bresse (dans l'Ain), du 29 avril 2009, renvoyé très probablement (voir encart ci-dessous) !!!

segofreche.jpg

Ségolène ROYAL à Georges FRECHE : "Eh oui mon Georges ! La justice française t'autorise à insulter de "sous-hommes", les Harkis et leurs Familles mais, n'oublie pas de le faire, malgré-tout, avec FRA-TER-NI-TE ! Et, si tu veux, je peux aller leur demander pardon au nom de la France et des Français (es), c'est mon hobby loufoque et hystérique du moment pour faire parler de moi !!!". 

 

 

Votre site préféré "coalition-harkis.com" revient sur la confirmation en dernier ressort du 31 mars 2009, par la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation, de la relaxe décriée de Georges FRECHE prononcée, le 13 septembre 2007, par la Cour d'Appel de Montpellier ayant réformé, quant à elle, la condamnation du 25 janvier 2007 à une amende de 15000 € prononcée, à l'encontre du "Seigneur de Septimanie", par le Tribunal Correctionnel montpelliérain. A noter que par une étrange ironie du sort, la Cour Suprême avait renvoyé sa mise en délibéré prévue, initialement, au 17 mars, au 31 mars, comme si l'on voulait nous faire une mauvaise farce à la veille du 1er avril (?). 

Et, fidèles à leurs jugements stupéfiants et récurrents concernant les Harkis et leurs Familles (Cf. Arrêt de 2000 ayant fait jurisprudence constante pour le plus grand plaisir de tous les racistes anti-Harkis de l'Univers), les magistrats de cassation ont estimé que : "Les Harkis ne constituaient pas une des communautés protégées par la loi du 29 juillet 1881". Certes et, comme il le sera relaté, ci-dessous, cette motivation peut s'expliquer sur le plan strictement juridique mais... Il ne s'agissait pas, en l'espèce, de trancher sur un simple litige commercial ou un contentieux afférent à un bail à usage d'habitation mais, a fortiori, de laver l'honneur d'une population humiliée, sinistrée et persécutée dans son propre pays, depuis 47 année, après avoir subi un réel génocide.

En ma qualité de fils d'un défunt Harki et Ancien Combattant (39/45, Indochine et pacification en Algérie), je me sens concerné, évidemment, par le procès FRECHE mais je le suis, également, pour deux raisons précises plus personnelles. Tout d'abord, je fus le premier à avoir déclaré, dès février 2005 (rappelons-le), que l'article 5 de la Loi du 23 février 2005 (censé, à tort, interdire les injures, la diffamation et l'apologie des crimes à l'encontre des Harkis ou supposées) était INAPPLICABLE en l'état. Et, en dépit de mes interpellations incessantes, notamment, de la Présidence de la République, du Gouvernement (incluant tous les présidents successifs de la Mission Interministérielle aux Rapatriés), de parlementaires, ... Ledit article n'a jamais fait l'objet, à ce jour, d'une réécriture impérative que je me suis même proposé de faire à titre gracieux. Or, je suis consterné, aujourd'hui, de prendre acte que les seuls m'ayant écouté, visiblement et à nos dépens, sont le Président du Conseil Régional de Languedoc-Roussillon et ses avocats !!!

stelerx.jpgEnsuite, le 11 février 2006 n'est pas une date anodine, pour moi, puisque ce jour-là et, peu de temps avant que le Sieur FRECHE ne déraille, à Montpellier, j'avais organisé à Roubaix, via la Coalition Nationale des Harkis et des Associations de Harkis (collectif de fait apolitique et à géométrie variable) un rassemblement pour dénoncer les profanations ignobles de notre stèle et de tombes RONA. Cette manifestation d'intérêt général avait très mal commencé à vrai dire. Toutes les associations nordistes s'étaient "liguées", contre moi, à l'exception de l'AFRAN et de l'association socioculturelle de Grande-Synthe (puis, d'AJIR Roubaix en dernière minute), parce que celles-ci étaient "aux ordres" du maire de Roubaix, ou de la "Chiraquie" au pouvoir, avec des desseins similaires, à savoir : faire échouer l'évènement.

Il est de notoriété publique que le véritable "militant" actif et intègre (et, présumé incorruptible par définition) subit les foudres de tous les camps car il n'en sert aucun, C.Q.F.D !!!

En plus, de la "machine à dénigrement associative", cette initiative fut boycottée, de manière choquante et indécente, par l'ancienne majorité municipale roubaisienne issue de la gauche plurielle (PS, MDC, PC, Verts et autres), qui se trouvait, pourtant, à un séminaire à quelques pas du lieu de rassemblement (apparemment, 10 minutes à consacrer à leurs concitoyens RONA insultés, c'était trop leur demander !). Face à la sincérité de cette action désintéressée et à force d'un travail de terrain non-stop, auprès des Harkis et leurs Familles, de la presse, des médias et des politiciens, la situation s'était inversée, in fine, pour devenir un succès indéniable (les députés Christian VANNESTE et Patrick DELNATTE vinrent nous soutenir, fort amicalement, à l'instar de Francis VERCAMER absent mais représenté par son cabinet parlementaire, tout comme les principaux conseillers municipaux UDF, UMP et FN de ma ville, en présence de France Télévisions, Radio France, la Voix du Nord, ...), au grand dam de nos détracteurs désavoués de facto.

Pour  mémoire, il faut se rappeler les terribles campagnes d'incitation à la haine et à la violence contre les Rapatriés d'Algérie lancées par celles et ceux (MRAP en tête) réclamant, de manière vindicative et outrancière, l'abrogation illégitime et idéologique de l'intégralité de la loi du 23/02/2005 (incluant les mesurettes en faveur des Harkis), ayant généré de tels actes odieux et veules provoqués, sciemment, par les sempiternels "droits de l'hommiste tiers-mondistes".

En début de soirée, exténué par mes nuits blanches à répétition pour promouvoir ladite opération, complètement aphone mais m'efforçant de terminer les dernières interviews téléphoniques avec des journalistes, à 41° de fièvre en raison du froid polaire qui s'était abattu (Oops ! J'ai failli être un martyr de la cause harkie tombé pour elle au combat comme pour Li Fet Met Ok !) ... Je vis, soudain, tous les journaux télévisés de France et de Navarre couvrir les dérives verbales nauséeuses du "baron local" FRECHE et les réactions hypocrites de Jack LANG qui, selon ses dires, n'aurait pas entendu ses propos injurieux alors qu'il hurlait à donf le bougre ! La défense du "Bwana Georges de Septimanie" et du député calaisien fut de dire que ce n'était pas "tous les Harkis" mais "des Harkis" qui étaient visés. Or, les tiers en question ne sont pas des Harkis mais des enfants de Harkis, ce que ne pouvait pas ignorer l'ancien maire altier de Montpellier. En réalité, celui-ci qualifiait, de "sous-hommes" et autres "noms d'oiseaux" abjects, tous les Harkis et leurs Familles ne lui ayant pas fait totale allégeance en les considérant bel et bien comme un groupe ethnique dont il était le maître absolu par oukases mégalomaniaques. 

La suite, on la connaît ! Un procès en premier ressort qui a condamné le "potentat septimanien" auquel j'ai assisté et que je relatais dans un article en son temps (à lire en cliquant sur le lien suivant). Une relaxe prévisible en appel eu égard à la loi placebo du 23 février 2005 susvisée. Et, enfin, un pourvoi en cassation qui ne pouvait pas prospérer en l'état de la législation en vigueur. 

Mais, il convient de s'interroger, à juste titre, sur le contexte originel de ce drôle de procès. A peine, les élucubrations frêchiennes proférées, une meute hétérogène (avec, parfois, des anti-Harkis notoires en son sein) s'est emparée, de ce contentieux, pour des intérêts divers et plus ou moins avouables dont celui de profiter de l'aubaine pour "dégommer" FRECHE. Hamlaoui MEKACHERA, alors Ministre délégué aux Anciens Combattants, saisit l'ancien Garde des Sceaux, Pascal CLEMENT, aux fins de requérir, auprès du Parquet Général de Montpellier, l'ouverture d'une information judiciaire pour "injures raciales" sans plaignants, en amont, ce qui est une première en matière de délit de presse (?). Les parties civiles s'étant constituées, de leur côté, par citations directes ou devant le doyen des juges d'instructions, ont été tenues, abusivement, à l'écart de la procédure pendante, par le juge d'instruction et le procureur. L'information fut clôturée, immédiatement, avec l'aval du mis en examen qui aurait pu la contester devant la Chambre de l'Instruction. Que nenni mes amis (es), tout semblait convenu et approuvé, bilatéralement, dès le départ, car la qualification pénale retenue et devenue irrévocable ne pouvait pas conduire, évidemment, à une condamnation définitive du prévenu. Lorsque les parties civiles furent admises, a posteriori, il était trop tard pour faire requalifier les infractions par voie de requêtes. 

Un article 5 de la loi du 23 février 2005 délibérément mal écrit malgré mes doléances, un procès de façade verrouillé et tronqué, ... Mais, à qui peut bien profiter le "crime" ? Bien entendu, à Georges FRECHE qui s'en tire très bien ! Mais, également, à tout un corporatisme très éclectique (politiciens de tout bord, historiens révisionnistes et négationnistes, FLN et leurs porteurs de valises, ...) voulant que le "racisme anti-Harkis" continue à être son "sport national" pour que la vérité et la justice restent dans les oubliettes de l'histoire (avec un  tout petit h") !!!

Et, c'est devant cette (in)justice française que je comparaîtrais, sans peur et sans reproche, le mercredi 29 avril 2009 à 13H30, devant le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse (soit à 700 Km de chez moi), dans un procès en supposée diffamation publique, de très longue haleine (doux euphémisme of course Sourire !), qui est plein de "rebondissements" n'ayant rien à envier, à celui de FRECHE et, mes amis (es), que vous soyez croyants (es) ou pas, allumez des cierges et priez, pour moi, car l'impartialité ne sera pas au rendez-vous ce jour-là pour ma "pomme" Triste !!!

Oops ! Vous avez dû, très certainement, "prier" trop fort et allumer des tonnes de cierges à rendre pâle de jalousie Las Vegas, mes chers amis (es), car mon procès en supposée diffamation publique prévu, le 29 avril 2009, à Bourg-en-Bresse (dans l'Ain), va être renvoyé une fois encore Cool ! Plus sérieusement, l'un de mes avocats lillois Maître Frank BERTON (en plus, de Maître Hervé CORBANESI) doit s'envoler, en urgence, pour le Mexique, car sa cliente Florence CASSEZ (notre compatriote condamnée pour enlèvement et séquestration, dans des circonstances zarbies et incarcérée dans les geôles mexicaines) est au bord du suicide ! Mais, que fait donc Nicolas SARKOZY pour faire appliquer les accords bilatéraux au pays des "tortillas" conformément à ses récents engagements (Souvenez-vous d'Alamo et de notre soutien, bande d'ingrats ! Aye Aye Caramba Faché !) ???

 

Affaire à suivre...

Khader MOULFI

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Commentaires  

#1
FRANCE-AMERIQUE 19 Avril 2009
N.D.L.R. Pauvre petit Georges !!!
A LIRE L'ARTICLE VICTIMAIRE EN CLIQUANT DESSUS (http://www.coalition-harkis.com/images/stories/fichiers/freche.pdf)


#2
Montpellier-Journal.Fr 20 Avril 2009
Article sur FRECHE à lire.
Frêche-harkis : ce que la justice a vraiment dit
Alors que Georges Frêche et certains médias tendraient à nous faire croire que la justice a “absous” le président de région, il n’est pas inutile de revenir en détail sur ce qu’a dit la justice et de publier l’intégralité des décisions concernant l’affaire des “sous-hommes”. Car la relaxe de la cour d’appel de Montpellier le 13 septembre 2007 confirmée par la cour de cassation le 31 mars 2009 tient à un point juridique de pure forme. Sur le fond, la “justice de la République” n’a pas été tendre envers les propos tenus par l’élu.
Lire la suite sur Montpellier-Journal.Fr en cliquant sur ce lien (www.montpellier-journal.fr/)

--
#3
Kader CHEBAÏKI 21 Avril 2009
Frêche
Ségolène Royal veut mettre un coup d'arrêt aux dérapages verbaux de Sarkozy mais, les dérapages verbaux racistes de Frêche, la Royal et certains socialistes les acceptent et s'affichent avec lui. Ce ne sont que des paroles racistes de frêche qui sont comme celles d'Hitler, Mussolini, Mao, Franco, Staline, etc.

Et, ils veulent nous donner des leçons sur les droits de l'homme !
#4
Kader CHEBAÏKI 21 Avril 2009
Frêche
Ségolène après avoir demandeé pardon en Afrique, pardon pour le Premier Ministre Zapatero, à quand le pardon aux Harkis, soldats français, pour les propos raciste de Frêche? Ou bien les Harkis sont un détail de l'histoire !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 43 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui226
mod_vvisit_counterHier402
mod_vvisit_counterSemaine3773
mod_vvisit_counterMois11947
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com