L'édito d'été de Coalition-Harkis.Com : Orelsan ou quand le navet grossier mène à la célébrité imméritée !!!

Les débats se poursuivent dans les commentaires, ci-dessous, qui seront mis à jour au fur et à mesure !!!

 fredosego.jpg

 Ségo et Frédo : Je t'aime moi non plus ou je te déteste moi-aussi ???

 

Dans une France en crise tous azimuts et implosant, crescendo, via des réactions en chaîne qui se déchaînent, le sujet de controverse ayant "passionné", durant plusieurs jours, nos politiciens de tout bord, la presse et les médias, nos intellectuels et autre intelligentsia pas très "futée" (Ok), ... Fût de savoir s'il était "bon" ou "mauvais" de déprogrammer, le gars Orelsan, des "Francofolies de La Rochelle" et cela est un signe-annonciateur de plus de la désintégration républicaine en marche.

Outre le fait que ce très médiocre rappeur (pléonasme of course Baba !), à l'instar de sa maison de disques, se fait une publicité d'enfer, à la disgrâce de cette polémique préméditée et fabriquée de toutes pièces, je suis consterné, en l'espèce, par les positions hypocrites et mielleuses, de plusieurs politiciens de gauche et de droite (incluant ceux de l'ouverture vers le néant). Bien évidemment, le soutien de Jack LANG (de tous les combats pour faire parler de lui) ne m'étonne guère. L'appui politocard et quasi-incontournable, lui-aussi, de Frédéric LEFEBVRE, le porte-parole de l'UMP qui "divague plus vite que son ombre", est logique car notre "serial sucker" n'aurait perdu, pour rien au monde, une occasion de faire une "farce attaque" à l'encontre du parti socialiste et de ses "leaders en jupons", respectivement, Martine AUBRY et Ségolène ROYAL, pour leur tailler un short. 

En revanche, je suis atterré par les positions singulières et antinomiques, essentiellement, de Frédéric MITTERRAND (Ministre de la Culture qui mériterait d'être relégué ès qualité de Sinistre de l'Inculture), eu égard à ses déclarations ubuesques et d'un fayottage cosmique ! Le Sieur MITTERRAND, pourtant très érudit et subtil, a osé déclamer, très certainement, en vue de "dégommer", Ségolène ROYAL (la maldonne poitevine), par pur réflexe courtisan et allégeant, envers son récent "bienfaiteur" élyséen, Nicolas SARKOZY, que : "Rimbaud a écrit des choses bien plus violentes et qui sont devenues des classiques" (?). Cette comparaison plus qu'aléatoire voire douteuse, entre Arthur RIMBAUD et Orelsan, est déjà en soi un impardonnable et gravissime crime de lèse-majesté contre la littérature, car si le terme "sale pute" relevait du "génie poétique", alors je connais des tas de gens encore plus grossiers et misogynes, à Roubaix et ailleurs, pouvant prétendre, haut la main, au titre du meilleur écrivain de tous les temps.

maricantat.jpgPar ailleurs, faut-il débattre, ad vitam aeternam, pour se convaincre que les "jeux de mots" nauséeux, cruels et gratuits, de cet Orelsan, faisant allusion à l'homicide très violent, de l'actrice Marie TRINTIGNANT (fille de Nadine et Jean-Louis), par son compagnon Bertrand CANTAT, le 27 juillet 2003, sont choquants et indécents ? En se targuant de "marie-trintigner", sa "dulcinée" (réelle ou imaginaire), ce consternant rappeur (autre pléonasme) semble faire fi de la douleur de la famille de la susnommée assassinée. Je m'explique, très difficilement, que le chanteur du groupe Noir Désir, au nom d'une volonté sincère de rédemption, n'ait pas cru devoir fustiger ce pseudo artiste ! Quant à la phrase très "élégante" (pauvre mec !) : "avorter à l'opinel", elle est tout à l'image à gerber de son auteur semblant très fier de ses "oeuvres" aussi minables que celui-ci !!!

Il serait temps de mettre un terme à cet odieux "intégrisme", de la liberté d'expression et de la "pensée-unique", engendrant, sous couvert du vrai/faux "art" (avec un "a" très minuscule), une anarchie d'expression très alarmante permettant de dire tout et n'importe quoi et de crier à la censure, le cas échéant, si d'aventure certains s'en indignaient à très juste titre ! C'est pourquoi un Georges FRÊCHE (le sinistre "goret de Septimanie" !) se permit de qualifier, en toute impunité, de "sous-hommes" les Harkis qui sont de valeureux Anciens Combattants de la France !!!!  

Eh non, M. MITTERRAND & Consorts, le navet d'Orelsan (ah autre pléonasme !) ne sera jamais un classique de la littérature et il tend à formater, insidieusement, avec la complicité mercantile des maisons de disques et des médias, les esprits vulnérables (n'oublions pas le très jeune âge du public pour ce type de nuisance sonore dénommé rap) en légitimant, d'une part, ce genre de propos avilissants, injurieux et inacceptables, dans un Etat de droit et, d'autre part, en conduisant les "victimes malgré-elles", à un fatalisme voire une soumission de rigueur, car ce comportement scandaleux est "avalisé", officiellement, par des membres du gouvernement peu exemplaires !!!

Pour être complet, quel rapport avec les "poètes maudits et sulfureux", du 19ème Siècle, au cours duquel leurs livres n'étaient pas abordables et compréhensibles pour une très large majorité de la population ? De nos jours, c'est tout le contraire et quels exemples à donner, pour les jeunes générations, en faisant l'éloge de ces trop affligeants producteurs de navets en batterie !!!

Toutefois, la palme d'or de l'hypocrisie d'Etat est à donner, sans conteste, à Fadéla AMARA, ayant renié, manifestement, ses valeurs morales et féministes d'antan, par clientélisme et autre politiquement correct sans panache (exit les Ni Putes Ni Soumises au profit des P et S Faché ???) !!!

Cette décadence contribuera, à l'évidence, à cette désintégration républicaine en marche, depuis une quarantaine d'année, que "Coalition-Harkis.Com" dénonce, en vain mais sans répit, pour permettre, un jour, à l'Opinion Publique, de réaliser que le "cauchemar" a déjà commencé !!!

 

Affaire à suivre...

Khader MOULFI

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Commentaires  

#1
Mouss 23 Juillet 2009
Rappeurs anti-Harkis aussi
Bonjour à tous,

Il faut rappeler que plusieurs rappeurs ont fait des chansons anti-Harkis et que la justice n'a rien fait :sad:.

Salutations

Mouss
#2
Khader 23 Juillet 2009
Les rappeurs : tous pourris ???
Bonsoir Mouss et à toutes et tous les internautes,

Effectivement, mon Cher Mouss, plusieurs rappeurs black, sans rapport avec la pacification en Algérie entre 1954 et 1962, ont injurié, perfidement, dans leurs navets discographiques, les Harkis, via un mimétisme banlieusard et/ou assimilé, ce qui prouve l'influence notoire, notable et indéniable, sur les esprits vulnérables, des propagandes et autres intoxications cérébrales très contagieuses au demeurant !!!

Doit-on assimiler le rap, par conséquent, à de la très dangereuse propagande tous azimuts sur support musical ou à une véritable expression culturelle urbaine méconnue donc dénigrée ???

Certes, dans leur démagogie habituelle voire paternalisme primaire, de nombreux politiciens et autre intelligentsia pas très "futée" se sont évertués à essayer de nous démontrer, en vain, que le rap serait, dorénavant, la véritable poésie contemporaine quasi-universelle et, plus ubuesque encore, que Diam's et Grand Corps Malade (à force de s'écouter, je le comprends :-) !), par exemple, auraient du "génie" dans leur écriture (très peu inspirée en vérité) :zzz !!!

Mais, au-delà de toute considération artistique subjective, il importe de se poser la question suivante : "Les rappeurs sont-ils des visionnaires de notre société ou des agitateurs incitant à la haine et à la violence ?".

J'entends, très souvent, certains rappeurs affirmer, à tort ou à raison, qu'ils avaient "prédit", les émeutes urbaines mais, en réalité, ne les ont-ils pas plutôt "provoquées", sciemment ou de manière subliminale, via leurs messages assez violents et désabusés ???



Peut-on éteindre le "feu" tout en incitant à le mettre tel NTM en son temps ???


Il est très facile de manipuler, les personnes paumées et, parfois, certains discours y contribuent. Et, force est de constater, la plupart du temps, que celui des rappeurs n'est ni instructif ni constructif et ni positif car il dresse, uniquement, des constats très négatifs mais, en revanche, ne propose jamais rien en matière de solutions !!!

Bien entendu, je ne mets pas tous les rappeurs, dans le même sac mais, néanmoins, je pense que tout le show-business (artistes, producteurs, médias, maisons de disques, ...) devrait songer à s'autocensurer, en s'imposant des "garde-fous moraux", quand c'est nécessaire, sinon ce sera aux pouvoirs publics de le faire, très rapidement, dans l'intérêt général d'une jeunesse déphasée, en très grand mal de vivre et très manipulable !!!

Affaire à suivre...

A.F. Très Cordialement,

Khader MOULFI
#3
Libération 24 Juillet 2009
Rappel de la polémique
Tempête dans un «vers» d’Orelsan
Agitation. Frédéric Mitterrand a défendu le rappeur.

128 réactions (à lire en cliquant sur ce lien (www.liberation.fr/culture/0101579782-tempete-dans-un-vers-d-orelsan))
Par SERVICE CULTURE - LIBERATION.FR

L’un dans l’autre, la légèrement pitoyable comptine-clip provoc misogyne du rappeur petit blanc Orelsan, fils d’instits, Sale Pute, bout-rimé printanier dégorgeant l’insanité zonarde à deux balles (et «quatorze ans d’âge mental» selon un fan), tourne à la petite affaire d’Etat dans Landerneau. Tout le monde y va de son opinion sur le thème, chaque jour livre sa nouvelle cargaison de contributions et offuscations ; ce n’est plus de la passion, de la polémique, c’est de la rage - Michael Jackson et Lance Armstrong en sont presque éclipsés.

Feu de paille. Après les Francofolies acculées à annuler spectaculairement un concert de l’intéressé sous pression, après les soixante bibliothèques-discothèques de Paris censurant l’album où ne figure même pas Sale pute ; après la Picto-Charentaise Ségolène Royal farouchement «contre» avec l’ECVF («Elues contre les violences faites aux femmes»), et le PS, Cali, Bénabar, Dominique A ou Joseph d’Anvers, Jean-Louis Foulquier, Yelle, Jack Lang, Olivia Ruiz ou l’UMP «pour» ; après le chanteur à casquette Bronx de bocage tâchant d’éteindre lui-même le feu de paille en justifiant clippesquement sa déjà ancienne vindicte sexiste - au vérisme menaçant, certes explicitement revendiqué, du meurtre de Marie Trintignant par le chanteur de Tostaki - ; après Fadela Amara appelant à une table ronde rap sous l’égide de Ni putes ni soumises pour échanger sur la condition féminine et les limites de la licence poétique avec l’auteur insoumis de Sale pute et consorts hip-hop, c’est au nouveau ministre de la Culture d’entrer en lice.

Rimbaud. Frédéric Mitterrand s’est donc prononcé hier, en notable arbitral, sur l’affaire. C’était à la radio. Le ministre a déclaré assez sagement sur RTL juger le barouf développé autour de la chansonnette d’Orelsan bien disproportionné : «Je trouve toute cette polémique tout à fait ridicule.» Il a ensuite estimé, un peu moins raisonnablement, que le rappeur incriminé reste dans son droit en chantant son «dépit amoureux» sur l’air de Sale Pute : «Moi je ne parle pas la même langue, mais il a tout à fait le droit de l’exprimer. Je ne trouve rien de choquant ni de répréhensible à la manière dont il le chante». Le ministre a enfin serré de près l’écart en apparentant le signataire de Sale pute à l’auteur d’Illuminations : «Rimbaud a écrit des choses bien plus violentes et qui sont devenues des classiques. Je ne sais pas si les chansons d’Orelsan deviendront des classiques, mais en tout cas, ce qui est certain, c’est que c’est beaucoup d’agitation pour rien et qu’il a le droit tout à fait légitime de composer sa chanson et de la chanter où il veut.»

Le patron des Francofolies de La Rochelle, Gérard Pont, cependant, rejustifiant hier sa déprogrammation à scandale du rappeur qui n’aurait été guidée «ni par des pressions ni par une volonté de censure», a fondu en larmes en conférence de presse de clôture, jurant nerveusement avoir pris la décision «seul» : «Ségolène Royal ne m’a jamais appelé, même si elle dit le contraire. Qu’elle garde ses subventions, Ségolène, je m’en fous !» Concluant : «C’était une décision naïve, banale, désolé que la réalité soit si minable. On donne le droit à l’erreur à Orelsan, j’ai moi aussi droit à l’erreur»…

Son manifeste Perdu d’avance sorti en février 2009, le fauteur de trouble rap Orelsan, de son vrai nom Aurélien Cotentin, gestionnaire assez habile de la sous-culture revendiquée (Van Damme et Seagal, jobs miteux, râteaux avec les filles, absence de perspectives, néant social), est né il y a vingt-six ans à Hérouville-Saint-Clair, banlieue de Caen. Avec le collègue Blinge, il officie également en duo, sous le nom de Casseurs Flowters, jusqu’ici moins remarqués qu’Orelsan solo.
#4
Oranie 25 Juillet 2009
PAUVRE FRANCE !!!
Fils de profs, comme la diam's fille de petits bourges, ces rappeurs sont les plus minables car ils surfent sur le rap pour le fric.
Et je ne parlerais pas des politocards, qui comme

- le PS se ravise et se met à parler de "liberté de création" :roll:
- ou le béarnais qui, interviewé par l'Express fin avril, n'y a pas vu une apologie de la violence
:eek:
- ou l'UMP et son sinistre Miterrand qui nous jette à la figure un Rimbaud :sad:

Certaines chansons de ce rapeur ne sont pas plus violentes que d'autres, elle sont primaires et constituent une insulte au talent. Exprimer son dépit par la violence à une époque ou une femme meurt par jour à cause de la violence c'est irresponsable.

Miterrand oublie de dire que Rimbaud n'aimait pas les femmes, et lui non plus d'ailleurs :zzz

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 67 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui295
mod_vvisit_counterHier415
mod_vvisit_counterSemaine1890
mod_vvisit_counterMois6759
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com