Plan Emploi Harkis (sans emplois Baba !) : L'heure des comptes, de la vérité et des éventuelles sanctions est venue à présent !!!

Les débats se poursuivent dans les commentaires ci-dessous qui seront mis à jour au fur et à mesure !!!

sarko_falco_prefs-45f50.jpg

Messieurs SARKOZY et FALCO : où sont les emplois promis en faveur des enfants de Harkis ???

 

Le 05 décembre 2007, je me trouvais, à l'Elysée, en compagnie de nombreux Français Rapatriés d'Algérie (Harkis, Pieds-Noirs et leurs Familles), afin d'écouter le discours tant attendu et réputé "historique", de Nicolas SARKOZY, Président de la République Française, de retour de son "voyage controversé" en FLN's Land (embrassades déplacées et outrancières avec le "gnome despotique du FLN, Ziziz BOUTEFLIKA, passant sa vie à insulter la France et les Français, une semi-repentance de facto contraire à ses engagements parjurés de campagne, ...) !!!

Après avoir écouté (ou plutôt subi Ok !), tout un déballage de "lieux-communs" accompagné, par les trop doux "violons soporifiques présidentiels" (simple métaphore of course ou si peu !), en complément d'un très singulier "leitmotiv" martelé, par notre "président du pouvoir d'achat et de la sécurité" (trop facile celle-là, me rétorquerez-vous, comme évoquer l'identité nationale autorisant des étrangers et autres binationaux à brûler le drapeau tricolore, sous des "nique la France" pour, ensuite, s'évertuer à légitimer, via une victimisation ubuesque ces actions antipatriotiques !!!), stipulant que : "Vous comprenez que je ne peux pas dire et faire plus pour vous que ce que j'ai fait de l'autre côté" (dixit M. SARKOZY, traitant sur le même rang d'égalité, selon ses propres assertions douteuses, la Nation et un Etat étranger despotique ), le Chef de l'Etat est passé, à la fin du "Sarkopipo Show", aux "choses sérieuses" et à l'annonce de ses mesures tangibles et immédiates en faveur des Français Rapatriés d'Origine Nord Africaine (FRONA). 

En l'espèce, le locataire élyséen a déclaré, clairement et solennellement, qu'il allait instaurer une "double discrimination positive" (oxymore par définition) dans la perspective de "ramener", avant le 31 décembre 2009les enfants de Harkis au même taux de chômage que celui de la moyenne nationale. C'est pourquoi un "dispositif", sous le nom de code de "Plan Emploi Harkis", a été lancé, en fanfare, dès février 2008, par Renaud BACHY, Président de la Mission Interministérielle aux Rapatriés rattachée au Premier Ministre. A l'approche de l'échéance, votre site préféré "Coalition-Harkis.Com" entend dresser le bilan, relativement, accablant voire chaotique, de ce plan, en deux ans, venant contredire, par le terrainles chiffres officiels.

Tandis que se déroulera, à l'Assemblée Nationalece mercredi, une audition, par le Groupe d'Etudes Parlementaire sur les Rapatriés (présidé par Elie ABOUD, député de la sixième circonscription de l'Hérault), de quelques présidents d'associations cooptés, de manière arbitraire et peu démocratique, par le "fait du prince", conformément à la "yaltalisation de la cause harkie", par Hubert FALCO, Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, que je dénonçais ici-même (lire l'article en cliquant dessus), force est de constater que le "Plan Emploi Harkis" (sans emplois) "rame", terriblement et, dorénavant, il convient d'en rechercher toutes les causes et responsabilités collectives et/ou individuelles !!! 

Outre notre circonspection objective et corroborée, par les incalculables doléances d'internautes reçues, quant aux "résultats trop positifs pour être honnêtes" (transmis par les préfectures Indécis) publiés, sur le site de la MIR, je soutiens, au plus fort, que c'est tout le dispositif qui doit être remis en cause, dans sa globalité, car à quoi bon vouloir le "proroger", d'une année, dans sa présente configuration ne pouvant conduire qu'à l'échec annoncé ???

photo-officielle-president-sarkozy.jpgJ'ai interpellé, personnellement, M. BACHY (MIR), à plusieurs reprises, à l'instar du SEDAC, de plusieurs préfets, ... Sur l'ensemble des dysfonctionnements identifiés (dont certains gravissimes voire délictueux) et, désormais, nul ne pourra prétendre ne pas être avisé de la situation. La prochaine étape sera de saisir Nicolas SARKOZY... Par conséquent, je demande, aux internautes, de bien vouloir me réunir, le plus rapidement possible, un maximum de témoignages et de faits démontrant l'inefficacité de notoriété publique, du "plan" mais, également, les comportements irrespectueux et répréhensibles des fonctionnaires et assimilés en charge du dossier RONA.

Je reviendrai, prochainement, sur ce plan, de manière plus détaillée et accusatrice !!!

Affaire à suivre...

Khader MOULFI

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

   

Commentaires  

#1
mimi34 02 Décembre 2009
On bidonne les chiffres !
Bonjour Khader et à tous les internautes,
Toujours sur "le pont" Khader, c'est bien d'oeuvrer pour nous ! Je reviens vers vous tous, pour vous dire que j'ai retrouvé un emploi de mon propre chef ! (mon ancien employeur m'a recontacté, youpi !!!!) C'est clair que si j'avais attendu la préfecture, pôle emploi ou une autre fonction publique, je serais en train de remplir mon dossier RSA. Je te confirme, néanmmoins, que je n'ai reçu aucune aide morale de la part de qui que ce soit, tous les élus locaux à qui j'avais envoyé mon CV, m'avait répondu qu'ils n'avaient pas d'emploi (pour moi, seulement !)car ça ne les empêche pas d'embaucher à tour de bras ! sur nos impôts bien sûr ! C'est pour cela mon cher Khader, que je ne souhaite plus voter pour qui que ce soit, (je l'ai déjà dit sur d'autres posts) j'en ai ras le bol qu'on nous prenne pour des imbéciles ! je sais que des gens se sont battus pour que nous puissions un jour voter à notre tour, mais pour qui ? Lequel d'entre eux à fait une promesse à notre communauté qu'il a tenu ? Je me sens soulagé quelque part de ne plus avoir cette responsabilité vis à vis d'eux, ils n'ont pas eu de culpabilité vis à vis de moi ou des miens (c'est à dire, vous !)C'est pour cela également, que je me fiche éperdument de leur débat sur l'identité nationale, mes parents se sont battus pour le drapeau français, ils n'en ont eu aucune reconnaissance, c'est maintenant à 43 ans et ayant perdu mes parents, que je me rends compte à quel point ils ont dû souffrir tous les deux ! mais je ne pourrais jamais revenir en arrière et faire comme si ils n'avaient pas vécu les horreurs qu'ils ont vécus ! le rejet, le racisme ! Des reproches, j'en ai encore un sac plein, mais là n'est pas le débat ! Je reste à ta disposition Khader, si tu as besoin de temoignage nominatif n'hesite pas ! Je vous embrasse tous et vous souhaite bien du courage !
#2
Assemblée Nationale 02 Décembre 2009
Question écrite de Jacques BASCOU
13ème législature
Question N° : 59582 de M. Bascou Jacques ( Socialiste, radical, citoyen et divers gauche - Aude ) QE
Ministère interrogé : Premier ministre
Ministère attributaire : Premier ministre
Question publiée au JO le : 29/09/2009 page : 9126
Réponse publiée au JO le : 24/11/2009 page : 11129


Rubrique : rapatriés
Tête d'analyse : politique à l'égard des rapatriés
Analyse : harkis

Texte de la QUESTION : M. Jacques Bascou appelle l'attention de M. le Premier ministre sur le bilan de la mission interministérielle aux rapatriés directement rattachée à lui concernant l'insertion professionnelle des enfants de harkis. Lors de son allocution du 5 décembre 2007 devant les associations d'anciens combattants d'Afrique du nord et de rapatriés harkis, Monsieur le Président de la République a présenté comme une priorité l'amélioration des conditions d'insertion professionnelle des enfants des anciens membres des formations supplétives et assimilés. L'objectif affiché était de ramener, au 31 décembre 2009, le taux de chômage des enfants de harkis, à un niveau comparable à celui du reste de la population. Bien que le chômage ait beaucoup augmenté depuis 2007 pour l'ensemble de la population il ne semble pas que le taux de chômage des enfants de harkis se soit rapproché de la moyenne nationale. Il lui demande dans quelle mesure les objectifs fixés par M. le Président de la République ont été atteints.

Texte de la REPONSE : L'honorable parlementaire appelle l'attention de M. le Premier ministre sur les résultats des mesures déployées dans le cadre de l'action gouvernementale en faveur de l'emploi de supplétifs à la suite de l'allocution du Président de la République du 5 décembre 2007 devant les associations d'anciens combattants d'Afrique du Nord et de rapatriés harkis. Le 5 décembre 2007, le Président de la République a exprimé sa volonté de donner aux enfants des anciens harkis la priorité à laquelle ils peuvent prétendre pour une meilleure insertion professionnelle. À cet effet, il a demandé au Gouvernement de mobiliser tous les moyens permettant de mettre en oeuvre une politique de formation, une politique individualisée d'aide à l'emploi et une politique particulière d'accès à la fonction publique. L'objectif de cette politique est d'amener le pourcentage des enfants de harkis au niveau d'emploi constaté pour l'ensemble de la population dans le département de résidence au 31 décembre 2009. À cet effet, des mesures en faveur de l'emploi des enfants de harkis ont été déployées sur l'ensemble du territoire par la mission interministérielle aux rapatriés (MIR). Les mesures sont conditionnées par le seul critère de la qualité d'enfant d'ancien supplétif, à l'exclusion de tout autre, que ce soit dans le secteur privé (plan Espoir Banlieue, NACRE pour la création d'entreprise), le secteur aidé (public prioritaire) ou le secteur public (emplois réservés dans les trois fonctions publiques pour les catégories C et B), sans concours et sans limite d'âge. Lors de nombreux déplacements (une centaine à ce jour) dans les départements, ce plan global pour l'emploi a été présenté par la MIR, qui assure un suivi rigoureux de sa mise en oeuvre et de ses résultats. Nécessitant une large mobilisation de tous ses acteurs, le plan est piloté au niveau des départements par les préfets, avec l'appui des antennes Pôle emploi, de l'Office national des anciens combattants, de la délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle, des maisons de l'emploi et des missions locales. Un passeport professionnel, spécialement créé, ouvre droit à un suivi personnalisé du demandeur d'emploi. La MIR a effectué par ailleurs un démarchage systématique des entreprises signataires de la charte de la diversité, ou du plan Espoir Banlieue, qui donne lieu à des partenariats en vue de favoriser l'accueil des candidats enfants d'anciens supplétifs. Des conventions ont également été signées avec l'Institut du mécénat de solidarité (IMS) et la fondation FACE. De même, des conventions de partenariat ont été signées entre des préfectures et douze cellules emplois afin de faire bénéficier des candidats particulièrement éloignés de l'emploi d'accompagnements spécifiques. cent cinquante places en internat dans les écoles de l'armée ont été proposées pour les enfants de supplétifs boursiers, et des coopérations ont été mises en place pour intégrer les enfants de harkis dans les cadets de la République. Par ailleurs, des actions ou des aides particulières à la formation initiale ou professionnelle ont été également mises en oeuvre avec l'Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), l'ACSE et les écoles de l'Office national des anciens combattants. D'ores et déjà, cet accompagnement renforcé vers l'emploi a permis d'insérer ou de réinsérer plus d'un tiers des enfants de harkis engagés dans ce dispositif. En effet, à la fin du mois de septembre, sur les 8 200 enfants de harkis identifiés, 5 600 se sont engagés dans le dispositif et 2 138 ont retrouvé un emploi ou obtenu une formation qualifiante, permettant ainsi d'atteindre, trois mois avant l'échéance, l'objectif fixé (de 2 115 sorties positives) par le Président de la République. À la date du 22 octobre, ces résultats nationaux sont de 2 509 sorties positives pour 6 058 candidats suivis. Pour ce qui concerne particulièrement le département de l'Aude, sur les 230 enfants d'anciens supplétifs qui se sont manifestés comme cherchant un emploi, 109 sont suivis à ce jour par les services de la préfecture et 60 sont aujourd'hui en emploi ou en formation qualifiante. Enfin, la procédure nationale concernant l'inscription des enfants de harkis sur les listes d'aptitude des emplois réservés est opérationnelle depuis le mois de septembre, et 682 candidats sont à ce jour inscrits sur la liste d'aptitude validée par le ministère de la défense. Le Gouvernement vient de proroger, et de renforcer, le plan emploi jusqu'à la fin de l'année 2010, comme l'a annoncé le secrétaire d'État à la défense et aux anciens combattants le 25 septembre 2009 à l'occasion de la journée nationale d'hommage aux harkis. L'objectif de cette mesure est simple : faire bénéficier du plan Emploi un nombre encore plus important d'enfants de harkis.
#3
Khader 02 Décembre 2009
Ben voyons !!!
Bonsoir Mimi et à toutes et tous les internautes,

Sincères félicitations, ma Chère Mimi, pour ton retour à la vie active et, à l'instar de Billy, tu as trouvé un travail par tes propres moyens. Mais, il serait très intéressant de savoir si la Préfecture de ton département et Pôle Emploi te mettent, quant à eux, à leur actif :-? !!!

Par ailleurs, la lecture de la réponse apportée, le 24 novembre 2009 (le jour-même où j'étais au SEDAC et à la MIR en vue de dénoncer ce plan et les résultats fallacieux y afférents), au député PS jacques BASCOU est assez surprenante.

Tout d'abord, l'énoncé des mesures relatives au Plan Emplois Harkis (sans emplois) ne relève que du droit commun. Il y est fait allusion, de manière laconique, à de supposés aménagements spécifiques dont on ne trouve trace nulle part (aucune circulaire notamment pour NACRE concernant la création ou la reprise d'entreprise). En outre, quid de l'accompagnement renforcé objet de la "double discrimination positive élyséenne" à l'égard des RONA ? En réalité, les enfants de Harkis, après avoir passé de nombreuses épreuves humiliantes et contraignantes, pour se faire inscrire afin d'obtenir un passeport professionnel pour l'emploi, sont renvoyés, aussitôt, vers Pôle Emploi (ex-ANPE réputée pour ne jamais trouver d'emplois aux chômeurs depuis des décennies) n'effectuant aucun suivi individuel et renforcé. Idem pour les autres mesures gérées, bien évidemment, par les mêmes administrations et structures que celles de tous nos compatriotes.

Aucune régulation des problématiques récurrentes (discrimination, entraves, ...) n'est prévue, par la MIR et les préfectures, vous envoyant "promener", par des manoeuvres dilatoires, quand bien même apporteriez-vous des preuves irréfutables de comportements douteux et/ou répréhensibles de la part des Services de l'Etat et autres dépositaires vrais ou supposés d'une mission de service public.

Même le personnel de Pôle Emploi rémunéré (dans le Nord, des binationales dont on connaît le racisme anti-Harkis culturel, héréditaire et de propagande nationaliste), via des fonds de la MIR (quel bel exemple à donner en matière de retour à l'emploi des RONA en les excluant des embauches dans leur propre dispositif !), ne sert rien et se permet des réflexions arrogantes, idéologiques et déplacées lors des très rares entretiens accordés aux intéressés.

Ensuite, il convient de s’interroger sur les chiffres affichés. Qui pourrait croire que les enfants de Harkis au chômage se réduisent au nombre de 6058 personnes ? Mais, si la majorité des RONA ne s’inscrit pas, dans ce dispositif chaotique, c’est que celle-ci n’y croit pas du tout en se référant aux mesurettes précédentes qui étaient, néanmoins, spécifiques (incluant les lois de 1987 et de 1994), n’ayant pas contribué à éradiquer les discriminations à leur encontre.

Pour ce qui concerne les « retours positifs » de 2509, il serait temps que le Premier Ministre et le SEDAC exigent les listes nominatives, de ces candidats, pour s’assurer que ces derniers ont bel et bien obtenu un contrat de travail pérennisé car une formation qualifiante, un CDI en période d’essai, un CDD de six mois, un contrat aidé, une création d’entreprise de moins de trois ans, … ne sont pas des « retours à l’emploi » avant une certaine période probatoire.

Affaire à suivre…

A.F. Très Cordialement,

Khader MOULFI
#4
billy 02 Décembre 2009
DUPO!UJOURS DU
bonsoir khader,mimi,et à toutes et tous.en ce qui me concerne,toutes les démarches éffectuées auprès des hopitaux,préfectures,cons eils régionaux et départementaux(candidatur es spontanées avec cv,lettres de motivations avec cv,etc...)se sont soldées par des réponses négatives et de mesures prises pour les enfants de rona! et enfin mon onac m'expliquant que leurs ordinateurs ces otsai donc pris le taureau par les cornes pour ne pas disparaitre dans le videont leurs douleurs en allant pointer au eisèredienne.des bons à rien,c'est tout ce qu'ils sont!.billy :sad:

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 15 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui265
mod_vvisit_counterHier656
mod_vvisit_counterSemaine2854
mod_vvisit_counterMois11076
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com