Une rentrée rythmée par la décadanse de l'été !!!

L'édito de Khader MOULFI pour Coalition-Harkis.Com 

Les débats se poursuivent dans les commentaires ci-dessous qui seront mis à jour au fur et à mesure !!!

mariannepleure002.gif.jpg

Et à la cadence où va la décadence, Marianne n'est pas prête de cesser ses pleurs face à cette désintégration républicaine en marche et quasi-irréversible !!!

 

En 1971, Serge GAINSBOURG surfant, avec un opportunisme loupé, sur le gigantesque succès international de son très sulfureux et controversé tube d'antan : "Je t'aime, moi non plus !", récidivait, en duo avec sa compagne de l'époque Jane BIRKIN, en enregistrant "La décadanse"... Et, je trouve, certes, pour des considérations beaucoup moins "grivoises" que le regretté GAINSBARRE, que ce titre reflète l'état chaotique de notre pays sur le déclin gouverné et administré, par de véritables "oufs" (Oops ! Je prévois de nouvelles représailles à mon encontre Baba !) qui sont, visiblement, de perpétuels adeptes du "fais ce que l'on te dit et pas ce que l'on fait" !!!

La "Star" incontestée et incontestable du sordide feuilleton estival interminable fut, haut la main, Eric WŒRTH pris dans l'étau de ses multiples affaires à rebondissements, aux côtés du second rôle pathétique campé, par Liliane BETTENCOURT (prouvant, pour une fois, que "l'argent ne fait pas le bonheur" car sa fin de vie n'est pas un roman mais, plutôt, un tourment via tous les chacals lorgnant sur sa fortune car "elle le vaut bien" à ce prix-là la boss richissime mais infortunée de l'Oréal !), sur fond de petits-arrangements entre amis (et ennemis), de clientélisme, de népotisme, de trafic d'influence, ... prouvant, derechef, la triste réalité de notre "monarchie ripoublicaine" et de ses "baronnies locales" faisant fi des lois et valeurs républicaines prohibant tout privilège de caste !!! 

Et pendant ce temps-là... Au "bal des hypocrites" dont la reine est Martine AUBRY, avec sa première dauphine Dame Ségolène ROYAL (la maldonne poitevine), le Parti Socialiste & Consorts tentent de compenser leur irréalisme politique et sociologique ("PS recherche idées désespérément pour très hypothétique retour aux affaires nationales Cool !"), en faisant feu de tout bois (les Roms, la politique dite sécuritaire, les dossiers WŒRTH, l'immigration, etc.) pour essayer de "dégommer" Nicolas SARKOZY très impopulaire, pour l'instant, car il est de notoriété mondiale que les Français (es) sont extrêmement versatiles (trop doux euphémisme), C.Q.F.D !!!

Comme l'aurait dit un illustre personnage biblique, en l'occurrence : Jésus Christ de Nazareth : "Que celui qui n'a jamais péché, lui jette la première pierre !" car, bien évidemment, les démêlés politico-judiciaires de l'ex-Secrétaire d'Etat au Budget et, actuel Ministre du Travail, sont malsains et justifient, naturellement, son éviction immédiate du Gouvernement... Toutefois, la Gauche devrait se souvenir, plus souvent, qu'elle gère la quasi-totalité des collectivités locales (sans parler des années MITTERRAND hors cohabitation et JOSPIN) et qu'elle n'est pas en reste en matière de copinage et autres dérives engendrées par l'omnipotence incontrôlée et ses courtisans à récompenser.

Que Mme AUBRY nous donne le bon exemple à suivre en faisant, sans délai, le ménage salutaire dans toutes les institutions gérées, par ses amis (es), afin d'être un peu plus crédible. Et, rien que dans le Nord où tout est verrouillé (emplois, marchés, subventions, ...), par le sérail, la tâche sera, le cas échéant, très ardue puisque notre département n'a rien à envier aux républiques bananières !!!

S'il me fallait décerner un prix spécial de la démagogie, je le remettrais, sans aucun doute, à Arnaud MONTEBOURG qui devient tragicomique dans sa posture ridicule de pseudo "procureur du Peuple". J'aimais bien ce député à l'époque où il s'était attaqué, sans lendemain, aux tribunaux de commerce (juridictions dites consulaires découlant d'une aberration républicaine violant toute notion de procès équitable et régulier et autre séparation des pouvoirs entre le judiciaire, le politique mais, surtout, l'économique). Mais, désormais, il est devenu insupportable par ses critiques partisanes à sens unique. Pour la petite anecdote, j'avais interpellé, à plusieurs reprises, le Sieur MONTEBOURG, au sujet d'un véritable scandale se déroulant dans l'Ain que la justice et autres notables cherchent à étouffer et devinez quoi ??? Notre tribun placebo est aux abonnés absents quand il s'agit de livrer, avec panache, de véritables batailles citoyennes et humanistes relevant du "pot-de-terre" contre le "pot-de-fer", de surcroît, dans un secteur limitrophe de sa propre région !!! 

Quant aux dossiers des Français Rapatriés d'Algérie (Harkis, Pieds-Noirs et leurs Familles respectives), le pire est devant nous, à l'approche de cette 10ème édition de "Journée d'Hommage National en faveur des Anciens des Forces Supplétives de l'Armée Françaises ou assimilés", du 25 septembre 2010, notamment, avec les sorties nauséeuses et parasitaires, notamment, du navet anti-Français (mais financé avec les deniers du contribuables français) "Hors-la-Loi" de Rachid BOUCHAREB et, selon l'avis de notre ami le Général François MEYER (loin d'être un polémiste stérile), le documentaire "La Blessure : la tragédie des Harkis" réalisé, par Isabelle CLARKE et Daniel COSTELLE qui sera diffusé, sur France 3, ce serait pire en matière de propagande et autres falsifications de l'Histoire de France matraquées grâce à de l'argent public !!!

Alors je vous souhaite une excellente rentrée mais tout en vous recommandant de vous réveiller !!!

Affaire à suivre... 

Khader MOULFI

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Commentaires  

#1
REUTERS 01 Septembre 2010
N.D.L.R. Martine tient 1 double langage
Par Reuters, publié le 01/09/2010 à 21:41

Martine Aubry aurait demandé l'expulsion de Roms près de Lille


Martine Aubry, premier secrétaire du Parti socialiste, a saisi la justice fin juillet pour demander, en tant que présidente de la Communauté urbaine de Lille, l'expulsion par la force de Roms qui occupaient un terrain à Villeneuve d'Ascq, selon un document publié par Le Figaro.

Le quotidien publie jeudi la requête adressée par son avocat, Me Maurice-Alain Caffier, au tribunal de Lille le 19 juillet, la décision de justice qui fait droit à cette demande et le procès-verbal de réquisition de la force publique décidé pour mener à bien l'expulsion.

"Depuis quelques jours, plusieurs véhicules et caravanes se sont installés (à Villeneuve d'Ascq - NDLR), sans droit ni titre. (...) Il s'agit là d'une violation flagrante du droit de propriété, cette installation sauvage risque d'être à l'origine de difficultés et troubles de voisinage et il y a urgence à ordonner leur expulsion", lit-on dans la requête de l'avocat de Martine Aubry.
La dirigeante socialiste s'est vivement opposée à la campagne commencée fin juillet par le gouvernement et qui consiste à renvoyer des groupes de Roms en Roumanie. Cette mesure a été décidée après un fait divers impliquant des Manouches de nationalité française.

Martine Aubry estime que cette campagne pose un problème moral, puisqu'une catégorie de population est visée en tant que telle et se voit imputer une responsabilité collective. Elle voit dans cette initiative une tentative de diversion aux problèmes économiques et judiciaires de la majorité.

La majorité UMP juge cette position hypocrite et le Premier ministre François Fillon a évoqué lundi dernier, à l'appui de cet argument, la démarche judiciaire de Martine Aubry.

Les proches de Martine Aubry ont répliqué que l'évacuation d'un camp pouvait se révéler nécessaire pour des raisons de sécurité mais qu'elle ne pouvait être assimilée à une expulsion du territoire français. Les demandes d'évacuation sont gelées désormais, du fait de la campagne gouvernementale, précise la majorité de gauche de Lille.

Le maire de Lille a déclaré mercredi à la presse qu'elle demandait désormais au préfet de ne plus procéder au démantèlement de camps sur le territoire de sa communauté urbaine.
#2
LE FIGARO.FR 01 Septembre 2010
N.D.L.R. Couacs au PS ???
Aubry dément avoir demandé d'expulser des Roms

Par François-Xavier Bourmaud



Le maire de Villeneuve d'Ascq assure être à l'origine de la demande d'évacuation d'un camp dans la Communauté urbaine de Lille.

Martine Aubry se défend catégoriquement d'avoir elle-même demandé l'expulsion d'un camp de roms à Villeneuve d'Ascq, le 19 juillet, comme le laisse penser un courrier envoyé par son avocat au TGI de Lille. C'est en fait le maire de la ville en question, le divers gauche Gérard Caudron, qui en a formulé la demande à la communauté urbaine de Lille (LMCU) en juillet. «J'ai demandé les expulsions à LMCU. (…) Je ne suis pas d'accord avec la nouvelle installation de Roms dans le quartier Triolo, soi-disant pour vingt-quatre heures. Je demande à LMCU de les faire partir», explique-t-il dans La Voix du Nord.

«Nous avons toujours eu pour règle de suivre les demandes des maires, explique-t-on dans l'entourage de Martine Aubry. Le processus juridique impose que la demande du maire de Villeneuve d'Ascq transite par la communauté urbaine mais concrètement, Martine Aubry n'a jamais eu cette lettre sur son bureau».

Le processus a été engagé avant le discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy le 30 juillet. Après cette date, la maire de Lille a demandé au préfet de suspendre toutes les procédures d'évacuation en cours. «A partir de ce moment, il ne s'agissait plus d'évacuer un camp mais d'expulser des roms du territoire», fait valoir un proche de Martine Aubry. Cette dernière a renouvelé sa demande mercredi à Lille lors d'une conférence de presse.
#3
LE FIGARO.FR 01 Septembre 2010
N.D.L.R. Hypocrisie quand tu nous tiens
Expulsion de Roms : la lettre qui embarrasse Martine Aubry

Par Jean-Marc Leclerc



INFO LE FIGARO - Un document prouve que la présidente de la communauté urbaine de Lille a bien demandé en juillet au TGI de sa ville l'expulsion d'un camp de Roms à Villeneuve-d'Ascq.

«La Communauté urbaine de Lille, EPCI, représentée par sa Présidente, domiciliée en cette qualité 1, rue du Ballon à Lille, (…) a l'honneur de vous exposer (…) qu'elle est propriétaire d'une parcelle (…) que, depuis plusieurs jours, plusieurs véhicules et caravanes s'y sont installés, sans droit ni titre (…) qu'il s'agit d'une violation flagrante de son droit de propriété (…) et qu'il y a donc urgence à ordonner leur expulsion ». Un document frappé du sceau de la justice aura-t-il raison des dénégations de Martine Aubry ?

Le Figaro est en mesure de révéler le contenu d'un courrier envoyé par la première des socialistes, par l'entremise de son avocat, pour réclamer au TGI de sa ville, le 19 juillet dernier, en tant que présidente de la communauté urbaine de Lille, l'expulsion d'un camp de Roms à Villeneuve-d'Ascq (Nord). Expulsion prononcée par le tribunal de grande instance de Lille le 21 juillet. Et suivie d'une demande de réquisition de la force publique pour faire exécuter le jugement, le 23 juillet. [Lire ces documents en PDF]

A tout moment pourtant, la présidente de Communauté urbaine de Lille aurait pu revenir sur sa décision. Quand l'affaire fut révélée lundi dernier par le premier ministre, François Fillon, et son ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, pour dénoncer, selon eux, le «double langage» de Martine Aubry, qui condamne les expulsions de Roms à Paris ou La Rochelle en août et les réclame à Lille en juillet, celle-ci avait aussitôt répliqué sur France Info : «Il n'y a pas eu de demande de la communauté urbaine en juillet. Il y en a eu, je le sais, de la part de maires.»

En tant qu'édile, sa dernière demande d'expulsion datait, selon elle, d'avril. Mais les documents sont accablants. L'avocat de Martine Aubry au président du TGI de Lille, précise bien dans son courrier : «Qu'elle sollicite en conséquence, qu'il vous plaise, Monsieur le Président, bien vouloir ordonner, d'urgence, l'expulsion de tous occupants installés sur ce terrain.» Le vice-président du tribunal de Lille fit droit aussitôt à la demande de Martine Aubry : «Vu l'urgence, ordonnons l'expulsion de tous occupants véhicules et caravanes (…)», mentionne le jugement du 21 juillet.

La copie du «procès-verbal de réquisition de la force publique», en date du 23, formulé par l'huissier lillois chargé de faire exécuter le jugement, est tout aussi explicite : «Agissant en vertu de la requête (NDLR : de Mme Aubry) et de l'ordonnance (NDLR : du tribunal)», l'officier du ministère public demande au préfet du Nord, «d'avoir à (lui) prêter son concours pour procéder à l'expulsion de : nomades.» Lundi dernier, le vice-président de Communauté urbaine de Lille, Michel-François Delannoy, volant au secours de sa présidente, avait dénoncé les «mensonges du premier ministre»…
#4
LEXPRESS.FR 02 Septembre 2010
Perquisitions et coffres forcés...
Par Reuters, publié le 01/09/2010 à 17:10

Perquisition et coffres forcés chez Liliane Bettencourt
Une perquisition a été menée mercredi au domicile de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, qui s'est déclarée "choquée" de voir ses coffres forcés et les chambres de ses salariés fouillées.



Cette perquisition de sept heures à l'hôtel particulier de la milliardaire situé à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, a été conduite dans le cadre de l'enquête menée par la présidente du tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) Isabelle Prévost-Desprez, a-t-on appris de source policière.

Liliane Bettencourt, qui est en vacances à Majorque (Espagne), a vivement réagi dans un communiqué.

"Je suis outrée et choquée, blessée et triste de voir ma vie privée étalée et violée de nouveau", peut-on y lire.

Prévenue par téléphone, elle a accepté la perquisition, "n'ayant absolument rien à cacher", mais a dit avoir appris que ses coffres avaient été forcés par les enquêteurs et que les chambres de ses domestiques avaient été fouillées.

"Je ne comprends pas que je puisse être traitée de la sorte alors que - si j'en crois ce que je lis - je suis censée être une victime. La façon dont ma fille s'acharne et dont cette juge se comporte prouve qu'elles considèrent toutes deux que je suis assez vaillante pour subir leurs humiliations et leurs attaques", écrit la milliardaire.

Isabelle Prévost-Desprez a mandaté la police dans le cadre d'un complément d'information ordonné dans le procès visant le photographe François-Marie Banier, qui est soupçonné "d'abus de faiblesse" sur la milliardaire de 87 ans pour obtenir des dons d'une valeur d'environ un milliard d'euros de 2002 à 2007.

L'héritière de L'Oréal avait fait de son ami son légataire universel par testament, mais elle est revenue durant l'été sur cette décision apparue dans les enregistrements clandestins réalisés par un de ses employés, qui ont relancé l'affaire.

PETITS PAPIERS ?

François-Marie Banier est mis en cause par une plainte de Françoise Meyers, fille unique de Liliane Bettencourt qui considère qu'on abuse de la détresse psychologique de sa mère. Le procès devrait s'ouvrir le 3 juillet mais a été renvoyé pour mener le complément d'information à la base de la perquisition.

Selon Le Monde daté de jeudi, des employés de la milliardaire, dont sa femme de chambre, ont dit à la police que François-Marie Banier et Patrice de Maistre, son gestionnaire de fortune, laissaient à portée de vue de Liliane Bettencourt des papiers où figuraient les mots "tutelle" et "curatelle", afin de l'effrayer sur les conséquences de l'action de sa fille.

Liliane Bettencourt a été auditionnée par la police le 26 juillet dans le cadre d'une autre procédure conduite par le procureur de Nanterre Philippe Courroye, qui enquête sur une éventuelle fraude fiscale et des soupçons de financement illégal de l'UMP par la fortune de la milliardaire.

Le ministre du Travail Eric Woerth est soupçonné de conflit d'intérêt dans ce dossier dans la mesure où il était trésorier de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 et qu'il a remis la Légion d'honneur à Patrice de Maistre.

Des documents avaient déjà été saisis dans une annexe de la résidence de Liliane Bettencourt, notamment dans l'ancien bureau de la comptable Claire Thibout.

Le procureur Courroye a tenté de s'opposer à l'enquête pour abus de faiblesse visant François-Marie Banier, classant sans suite en septembre 2009 la plainte de Françoise Meyers pour des motifs juridiques, mais la fille de la milliardaire a saisi le tribunal d'une citation directe.

Isabelle Prévost-Desprez et Philippe Courroye s'affrontent depuis pour conduire les investigations sur cette affaire.

Le procureur a sans succès fait appel de la décision d'Isabelle Prévost-Desprez de mener un complément d'information, tout comme l'avocat de Liliane Bettencourt, qui estime que la magistrate de Nanterre fait preuve de partialité.

La cour d'appel de Versailles doit statuer le 14 septembre sur cet appel de la milliardaire.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 34 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui255
mod_vvisit_counterHier281
mod_vvisit_counterSemaine1936
mod_vvisit_counterMois7520
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com