Jacques CHIRAC n'a pas, encore, ouvert la "lettre ouverte", de la Coalition Nationale des Harkis et des Associations de Harkis !!!

Notre Président de la République aux "abonnés absents" pour les harkis et leurs familles ?

"Tu n'as pas vu mes lunettes, Dominique ?  Car, j'ai, justement, une lettre ouverte, de la Coalition Nationale des Harkis et des Associations de Harkis, à ne pas lire car je ne sais plus quoi inventer pour leur mentir et les mener en bateau pour gagner du temps !!!".

 

 

Le 3 août dernier, la Coalition Nationale des Harkis et des Associations de Harkis avait adressé, au Président de la République, M. Jacques CHIRAC, une "lettre ouverte" (cf. vous pouvez la consulter, sur notre site,  par le lien suivant : http://www.coalition-harkis.com/content/view/69/2/ ) afin de lui remémorer, ses "promesses non-tenues" et, la nécessité de reconnaître, une fois pour toutes, la pleine et entière responsabilité, de l'Etat français, dans le "drame harki", qui est incontestable et avérée.

Or, l'Elysée est, depuis, aux "abonnés absents", à l'instar des principaux ministres saisis, de la presse et des médias (pratiquant une censure quasi-générale à notre encontre) et, tous les "droits de l'hommiste de tous les combat sauf de celui des harkis et leurs familles" (MRAP, SOS RACISME, la Ligue des Droits de l'Homme, ...)  que nous avons interpellés sans succès et sans la moindre réaction à ce jour.

Bien sûr, la LDH, le MRAPconsorts préfèrent, apparemment,  les "débats RONA de salons sans RONA" (et, surtout, sans véritables contradicteurs), avec le concours de leurs "benouiouis attitrés", notamment, Fatima BESNACI-LANCOU (FBL, pour les intimes et l'amie des gauchistes et flnistes anti-harkis même les plus odieux) qui demande pardon au FLN au nom des harkis sans la moindre légitimité, qui soutient les indigènes de la République, qui ose déposer des gerbes de fleurs chaque 17 octobre en hommage aux flnistes, qui ne fait rien quand ses "amis contre-nature" insultent les harkis et/ou lorsque des tombes et des stèles sont profanées, qui a appuyé le "colloque de propagande FLN à Lyon" (cf. mon article par le lien suivant : http://www.coalition-harkis.com/content/view/51/2/ ) ...  Mais, pour défendre la "cause harkie", personne à l'horizon hormis quelques déclarations démagogiques et clientélistes à l'égard des RONA (nous laissons, bien évidemment, un droit de réponse à toutes les personnes citées dans le présent article) !!!

Bref et après ce petit aparté, sur notre "énigmatique" FBL,  je tenais à vous aviser que Jacques CHIRAC n'a pas eu le temps, apparemment, de consulter et de répondre, à notre "open letter", car il est trop occupé, pour le moment, à essayer de sauver le "reste du Monde" (du moins le croit-il) quand les Etats-Unis sont d'accord !!!

Pourtant, le 25 septembre 2001, lors de la première "journée d'hommage national en faveur des anciens des forces supplétives de l'armée française", notre Chef de l'Etat n'avait-il pas tenu, les propos suivants : "La France, en quittant le sol algérien, n'a pas su les empêcher, c'est vrai. Elle n'a pas su sauver ses enfants."  (Jacques Chirac, à propos du massacre des harkis par le FLN en 1962, mardi devant 500 invités réunis à l'Elysée à l'occasion de la Journée d'hommage national aux harkis -source l'Expansion), ce qui constitue une "reconnaissance explicite", de la très lourde faute étatique, de la part du Général de Gaulle et de son Gouvernement Michel DEBRE en 1962.

Alors, pourquoi autant d'atermoiements, dorénavant, en vue de ne plus dénier l'indéniable ? Nous allons poursuivre, avec force et conviction, nos actions y afférentes, dans la perspective d'obtenir ces réponses mais, aussi, des résultats tangibles nous jouant l'Arlésienne depuis 44 années !!!

Affaire à suivre...

Khader MOULFI

 

N.D.L.R. Vous pouvez, également, poursuivre, sur le forum accessible à tous et à cet effet, les discussions, d'ores et déjà, entamées sur cette thématique en faisant le lien suivant : http://www.coalition-harkis.com/component/option,com_simpleboard/Itemid,27/func,view/id,120/catid,4/

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  

 


Commentaires  

#1
prosunt 16 Août 2006
19 mars jour de deuil
vu sur la toile

LE 19 MARS ... JOUR DE DEUIL



Certains partis politiques auraient voulu, voir adopter le 19 mars pour commémorer la fin de la ''Guerre d'Algérie''
Ce projet à été combattu car cette date est synonyme d'abandon, de souffrance et de mort ! En 1961, grâce au « plan Challe », la guerre était gagnée, les frontières verrouillées, le quadrillage efficace, les populations protégées des exactions et tous les moyens mis en place pour neutraliser les bandes de l'intérieur exsangues et atomisées.
La guerre était gagnée mais la paix fut perdue par l'aveuglement des hommes !
Les accords d'Evian prévoyaient une protection des supplétifs, ces musulmans ayant en leur âme et conscience, au regard des crimes du FLN, choisi la légalité et la protection de la France, et du million de ''pieds noirs'' installés sur cette terre d'accueil depuis des décennies.
L'OAS refusant les accords d'Evian avalisés par le peuple français (non compris celui résidant en Algérie, encore part entière de la République, et exclu de ce vote). les affrontements entre communautés et forces de l'ordre, le non-respect par le FLN des accords que le CNRA avait dénoncée en juin 1962 à Tripoli amenèrent le pire : les massacres et l'exode.
En 1961, les supplétifs comptaient :
- 61 600 harkis servant dans 600 harkas,
- 19 000 moghaznis servant dans 740 SAS,
- 8 000 gardes servant dans 101 GMS,
- 62 000 gardes d'autodéfense.
Avec les appelés et les engagés dans les régiments réguliers, les combattants musulmans étaient quatre fois plus nombreux dans les rangs français que dans ceux de I'ALN dont la presque totalité était stationnée hors frontières !
Dès l'application unilatérale du cessez-le-feu les massacres et les tortures se généralisèrent sous l'oeil souvent passif des unités de l'Armée française, maintenue sur ordre dans ses cantonnements.
Les mesures gouvernementales se succédèrent :
- le 19 avril 1962, le Conseil des ministres rejeta la proposition de
rapatriement général des supplétifs,
- le 12 mai l 962, toute initiative individuelle dans le domaine du
rapatriement fut interdite aux officiers,
- le 26 mai 1962, un camp d'accueil fut ouvert en métropole au
Larzac, un autre le sera le 29 juin à Bourg Lastic,
- le 21 juin 1962, il fut interdit aux forces de l'ordre de mener des
opérations au profit des personnes menacées, en Algérie.
- le 19 juillet 1962, pour cause de saturation des camps, les transfert
en France furent suspendus.
- le 19 septembre 1962, les rapatriements. furent à nouveau autorisés.
Les suites de ces atermoiements et de ces interdits sont tristement connues :


- seuls 91 000 Français musulmans (civils et militaires) purent re-
joindre la métropole dont 15 000 à 20 000 supplétifs soit environ
10% des effectifs de 1961,
- 100 à 150 000 supplétifs, leurs femmes et leurs enfants furent assassinés, souvent après d'effroyables tortures.


Du côté des Européens, 3 000 personnes furent enlevées dont 2 000 ne réapparurent jamais, 736 militaires furent, malgré le cessez-le-feu, tués ou blessés.
Près d'un million de ''pieds noirs'' fut contraint à l'abandon de ses racines et de ses morts !
Voilà le résultat du 19 mars... On voudrait que ce jour anniversaire de profonde détresse, soit fêté... Quelle honte et quelle tristesse ! Oui, le 19 mars est bien un jour de deuil !
Le devoir de repentance n'est pas où certains voudraient prioritairement l'afficher, mais bien vis-à-vis de nos frères musulmans, Français par le choix et par le sang versé, que nous avons abandonnés.



Général Jean-Pierre VIEILLARD

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 49 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui465
mod_vvisit_counterHier572
mod_vvisit_counterSemaine465
mod_vvisit_counterMois9582
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com