Grande supercherie racoleuse sur France 2, les Harkis n'étaient qu'un seul en finalité !!!

Billet d'humeur de Khader MOULFI pour la Coalition Nationale des Harkis et des Associations de Harkis.

Le "drame harki", l'un des "bienfaits malfaisants" de la décolonisation !!!

Depuis ma plus tendre enfance, j'ai pu entendre, une expression récurrente et affligeante, relative au "drame harki", c'est : "C'est déjà un début, c'est mieux que rien !!!" et je voulais dire, une fois pour toutes, ASSEZZZ !!!

Quand nos parents, ayant échappé, in extremis, au "génocide harki" perpétré, grâce à la "bienveillance" et à la "reconnaissance", de l'Etat français de l'époque, par le FLN et leurs "marsiens" (les horribles résistants de la 25ème heure qui ont dû servir de références aux scénaristes de "Evil Dead" et des autres films gore tant leur barbarie était gigantesque), se sont retrouvés, au "pays des droits de l'homme", dans des camps de concentration, on nous disait : "c'est un début, c'est mieux que rien !" (comprenez mieux que la mort) !!!

Quand les harkis et leurs familles se retrouvèrent, dans des logements insalubres, pendant que les "immigrés algériens" (vous savez ceux qui ont, paraît-il, chassé le méchant occupant colonial, pour venir, aussitôt, vider les poubelles chez lui !), commençaient à bénéficier des HLM, on nous disait : "c'est un début, c'est mieux que rien !".

Quand pour la première loi, en 1987, censée réparer, notre terrible "punition pour service rendu à la mère-patrie", on nous jeta (tel un os à ronger en attendant mieux), à nos parents, la modique somme de 65000 FF (environ 10000 €), en règlement de nos vies brisées, pour "déraison d'Etat", on nous disait : "c'est un début, c'est mieux que rien" et, cela vaut, également, pour les autres "mesurettes législatives", en 1994 et en 2005.

Et, je vous épargnerai le détail exhaustif de nos "doléances légitimes et sans précédent" !!!

Alors quand France 2 (principale chaîne du service public) nous annonce la diffusion, d'un téléfilm réputé évoquer tous les "Harkis" qui nous jouait l'Arlésienne, depuis 1962 et, que je vois le résultat, je m'insurge au plus fort.

Certains hypocrites et/ou fatalistes nous diront que : "c'est un début, c'est mieux que rien !" mais là, je dis STOPPP !!!

Bien entendu, j'ai apprécié, Smaïn, qui a réussi un "exploit", celui de faire passer dans ses "yeux", la tristesse teintée de fierté, d'incompréhension et de colère, face au traitement inhumain et dégradant, des siens, nonobstant son statut d'ancien combattant de la France. Et, j'ai eu, à plusieurs reprises, un "pincement au coeur", car il me rappelait mon défunt père (un militaire de carrière depuis 1940 au cours des guerres 39/45, Indochine et dans la SAS au cours de la "pacification algérienne") et tous les harkis de ma famille et de mon entourage (vivants ou disparus) qui ont été "récompensés" de la même manière singulière et ingrate que Saïd BENAMAR (le héros campé par notre sympathique comique à l'énorme talent dramatique comme tous les grands humoristes en général). 

Hormis le génial et attachant Smaïn, que peut-on retenir de ce film qui débute, en 1972, soit dix années après la signature des Accords d'Evian, le 18 mars 1962, le "génocide harki" (plus de 150000 anciens supplétifs massacrés après le cessez-le-feu violé du 19 mars 1962 à 12 heures) et leur "exode massif" vers les "camps de concentration" et la "mort sociale programmée et maintenue" grâce à la République Française ? Certes, le susmentionné acteur principal lança, au cours d'une ultime scène, quelques vérités mais, sans le moindre "fil rouge" pour que le "néophyte" puisse y comprendre quelque chose (merci à l'éducation nationale d'avoir occulté et déformé notre histoire !).

Ce téléfilm relatant une histoire familiale spécifique, en l'occurrence, la vie des KERCHOUCHE (ce long-métrage ayant été coécrit et inspiré des livres de Dalila KERCHOUCHE), usurpe, à l'évidence, son titre "Harkis" (au pluriel) car, les états d'âme et la "romance anachronique", de Leïla (au demeurant très mauvaise actrice surjouant pour essayer de donner de la crédibilité dans sa pseudo révolte), aux dépens de la réalité historique, étaient inopportuns et irrespectueux à l'égard de ce "drame humain sans précédent". Pour preuve, ne la voyait-on pas passer plus de temps à flirter, fumer et à lire des "magazines pour ados" que milliter en faveur des harkis et leurs familles mais il fallait bien faire "pleurer dans les chaumières" ?

On sait que Dalila KERCHOUCHE a honte d'être une "fille de harki". D'ailleurs, son père est-il un vrai harki puisque cette dernière avait clamé, haut et fort, que : "son père harki donnait des informations,, des armes et des munitions au FLN" (?). En outre, dans le "navet" d'Alain TASMA, Leïla disait que son père était un "traître" (à qui au FLN ou à la France dont il portait l'uniforme ?) et qu'elle était une "Algérienne" et, sauf erreur de ma part, peu de RONA ont agi de la sorte et se reconnaissent dans l'Algérie du FLN pour vouloir y vivre (les Algériens sont prêts à tout pour la quitter de leur côté).

En conséquence, je donne un CARTON ROUGE à France 2 et au "trio de choc" TASMA, MOATI et KERCHOUCHE pour cette "supercherie" qui vient altérer la réalité du "drame harki" et, que personne ne s'avise, dorénavant, de nous dire : "c'est un début, c'est mieux que rien" car au vu de ces 45 ans d'atermoiements étatiques, TROP C'EST TROP !!! Qu'on se le dise, c'est à la classe politique dans son ensemble et, surtout, au Président de la République, Jacques CHIRAC (donnant des leçons aux autres pays génocideurs mais qui devraient, aussi, commencer par balayer devant sa porte), de régler, une fois pour toutes, la "question harkie" et, aucunement, aux médias et aux intellectuels ne pouvant que communiquer et réfléchir sur le sujet mais pas décider de son issue finale !!!

N'oubliez pas de lire ou relire notre autre article sur ce film et notre forum y afférent par les liens suivants : http://www.coalition-harkis.com/content/view/86/2/ et http://www.coalition-harkis.com/component/option,com_simpleboard/Itemid,27/func,view/id,272/catid,4/.

Affaire à suivre...

Khader MOULFI

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Commentaires  

#1
Khader 11 Octobre 2006
Les KERCHOUCHE menacent...
Je viens de recevoir un "mail de menaces", de Charles KERCHOUCHE (le bras droit à Yazid SABEG) qui tente de m'intimider en me demandant d'arrêter de "parler de sa famille" (?).

Mais, de qui se moque-t-on ? Qui a écrit, dans un livre "Mon père ce harki" que son père collaborait avec le FLN ?

Qui allait s'en vanter, sur les plateaux de télévisions ? Si ce n'est sa propre soeur Dalila ?

Moi, je n'ai rien contre sa famille mais je refuse que l'histoire globale des harkis soit assimilée à celle spécifique des KERCHOUCHE.

Si, ce brave Charles ne veut plus que l'on parle, de sa famille, qu'il règle cette question en famille et/ou qu'il démente les propos, de sa soeur, s'ils sont faux mais qu'il arrête de se prendre pour un "Scarface des bacs à sable" car je ne suis pas le genre à me laisser impressionner par ce genre de menaces stériles de la part de "fanfarons" !!!

Donc, je continuerai à m'exprimer en toute liberté et je n'ai que faire de ce genre de pressions ridicules car nous ne sommes plus au temps de la prohibition.

Que ce soit par la justice (lis,le code pénal -rubrique menaces- mon brave Charlie) ou par un "duel aux aurores", je me tiens à sa disposition sans peur et sans reproche !!!

Trop comique, le Charlie !!!
#2
Kimono 12 Octobre 2006
Bravo !
Comme responsable du Cercle Algérianiste, je partage tout à fait votre opinion sur cette "fiction" qui si elle évoque bien les conditions misérables dans lesquelles la France officielle a accueilli ses rapatriés nord-africains, fait l'impasse complète sur les responsabilités du gouvernement gaulliste de l'époque. Ses réalisateurs poussent même l'impudence jusqu'à faire épingler par ce malheureux Harki au mur de la baraque un portrait de... De Gaulle.
Nous "qui savons" devons rétablir la vérité. Faire connaître les ordres de Joxe, de Messmer, ministres de De Gaulle,destinés à refuser l'embarquement salvateur aux harkis et à leurs familles et à la renvoyer vers leurs Douars où la mort les attendait ! Il faut faire connaître le courage de ces officiers français, désobéissant aux ordres pour emmener avec eux quelques familles ici ou là. Et dénoncer le révisionnisme historique de ces soi-disant "professeurs" d'Histoire de l'éducation dite nationale qui continuent à trahir la Vérité.
#3
azur 12 Octobre 2006
On veut jouer à la "zidane !" apparemment, vos termes dans cet article sont clairs et je les approuve totalement Monsieur Moulfi, vous ne dites rien de mal sur la famille de ce mr Charles Kerchouche!. Les Français cléments et très cultivés ont pardonné au sportif un geste impardonnable je vois qu'il y en a un qui s'y réfère apparemment! pour se rendre célèbre aussi peut-être ? non?!. On s'en fiche de son statut personnel on ne veut pas que la vie d'une seule famille soit assimilée à celles des milliers de Harkis! et pour le petit détail dans ma famille ni hommes ni femmes ne fument de 7 à 79ans!.
Azur.
#4
KIM 13 Octobre 2006
Maintenant que la famille Kerchouche fait partie des "people", faut pas s'étonner qu'ils montrent les crocs. Ils vont peut-être nous citer à comparaître devant un tribunal, tout comme benyoucef l'a fait contre Amid. ET ça se dit HARKIS (pauvres de nous).

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 26 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui92
mod_vvisit_counterHier463
mod_vvisit_counterSemaine1904
mod_vvisit_counterMois9750
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com