Nicolas SARKOZY en visite en Algérie du FLN : simple stratégie clientéliste et électoraliste ou perfidie ?

Le deal à la clé serait : "mes visas contre tes voix !!!" (du moins celles des binationaux franco-algériens). Mais, et les Harkis et leurs Familles, les Pieds-Noirs et, plus généralement, les Françaises et les Français exclusifs (sans double nationalité) dans toute cette "cuisine politicienne de très mauvais goût" !!! 

Françaises, Français, Regardez une dernière fois, le drapeau tricolore, car il sera, très prochainement, remplacé par un "croissant", à votre réveil et, vous l'aurez bien mérité par votre addiction aux "somnifères politiciens et démagogues" (pléonasme de rigueur) !!!
Voici le cadre qui sera, dans un futur proche, accroché dans tous les lieux officiels de la province française d'Algérie !!! La France algérienne est-elle en marche ?

 

 

La "politique du 21ème siècle" est-elle devenue, a fortiori, "l'art du savoir girouetter" (verbe créé en l'occasion) tant nos « politiciens de tout bord » nous donnent le « tournis » à force de contradictions ? On avait (bien) compris que les « clivages de gauche et droite » ne signifiaient plus rien dans ce « monde cruel où  chacun se doit de réussir en écrasant l’autre et non en le surpassant par son travail et ses compétences ! » mais, en revanche, cette nouvelle « politique ambidextre » est surprenante et ubuesque !!!

 

Ségolène ROYAL  (arborant, dorénavant, un très urticant sourire commercial mais, non moins, carnassier et hypocrite, à l’américaine) nous a démontrés, une « chose indéniable », en l’occurrence,  c’est que : « une femme politique issue du sérail élitiste pouvait être aussi arriviste et démagogue que ses homologues masculins ! ». En effet, notre « droitière du Parti Socialiste » laisse supposer, à tort, que si d’aventure elle devenait, notre « Présidente de la Ripoublique », en 2007, elle pourrait appliquer, sa « politique du tout azimut à la carte » (d'électeur of course !), alors que nous savons, à l’évidence, qu’elle devra « composer », le cas échéant, avec le reste de la gauche et, surtout, de l’extrême gauche (dont l’idéologie totalitariste et criminelle dépassée du passé relève du trouble psychiatrique) qui est dans l’expectative de nous instaurer un « bolchevisme revival très musclé » pour notre plus grand « mal » !!!

 

Dans un autre registre tout aussi pathétique, son concubin et secrétaire général du PS (et potentiel premier Premier Homme de France si sa demi-moitié –statut réduit car non-mariée- parvenait à ses fins), François HOLLANDE avait été « ramper », récemment, en Algérie, sous le « gnome despotique du FLN », Ziziz BOUTEFLIKA, pour lui annoncer, avec la plus basse des allégeances que la décence m’interdit de qualifier par un « terme familier plus idoine », que l’Etat français, en cas de « victoire gauchiste », aux Présidentielles et Législatives de 2007, demanderait « pardon » (à genoux de préférence), à l’Algérie du FLN qui a plus, que quiconque, de « sang d'innocents », sur les mains, notamment, de Harkis, de Pieds-Noirs et, n’oublions pas, de « musulmans arabo-berbères civils », de 1954 à nos jours (Mélouza, le génocide de 150000 harkis après le cessez-le-feu violé du 19 mars 1962, …) !!!

 

Mais, si François l’a dit et rêvé, Nicolas SARKOZY semble vouloir l’appliquer. Dans une récente interview accordée, au journal de propagande flniste et autres "satrapes en herbe", Jeune Afrique, notre Ministre de l’Intérieur (plus souvent à l’extérieur), a pris des positions très ambiguës sur sa vision des relations franco-algériennes à venir, comme en atteste le résumé ci-dessous.

 

"question du journaliste:

Faut il conclure ce traité d 'amitié franco-algérien, bloqué depuis 3 ans ?

 

réponse de N SARKOZY:

J'ai toujours pensé que l 'amitié n'avait pas besoin être gravée dans le marbre d'un traité.

L'amitié, cela se prouve chaque jour et cela ne se décrète pas.

Et puis les problèmes entre la France et l'Algérie ne se résument pas à cela. En ce moment je suis en train de travailler à la suppression de l'autorisation préalable de visa à laquelle sont soumis les Algériens qui veulent se rendre en France. Je ne veux pas qu 'ils soient les seuls au Maghreb à supporter cette procédure supplémentaire, qui peut être considérée comme vexatoire. C'est cela, l'amitié.

La question du traité c'est aussi la question de la mémoire et de la repentance. La mémoire de chaque peuple est inévitablement spécifique. Le rapprochement, la réconciliation que nous recherchons appellent un effort réciproque pour dépasser les souvenirs construits au fil des ans, pour prendre en compte ce que les historiens nous enseignent et aboutir peu à peu, dans le respect de l'Histoire telle qu 'elle a été, à des mémoires moins contrastées.

Je le répète : il ne faut pas confondre le système politique colonial, dont nous savons bien l'injustice qu'il faisait aux Algériens, et l'action des diverses communautés qui cohabitaient en Algérie.

Quant aux souffrances subies par tous, Algériens et Européens, nul ne peut les ignorer. Tous en ont été les victimes. Tous appellent notre compassion ".

Une fois encore, Monsieur SARKOZY nous "arrose" via une étrange « douche écossaise » (un coup le chaud un coup le froid), sur son « projet pour la France » et, il convient de se remémorer, avec regrets, son « avis très favorable » sur le « vote des étrangers » (avorté par le rejet massif de la majorité des militants umpistes). Pour être complet, il faut se souvenir, également, de ses « déclarations explicites », lors de la polémique sur la loi du 23 février 2005, qu’il vient démentir, derechef, dans ce journal d'Etats, en évoquant la « repentance » !!

En voulant abroger les visas, pour les Algériens, sait-il que ce « despotat corrompu et mafieux » serait, aussitôt, déserté, par toute sa population, vivant dans la « schizophrénie nationaliste de façade mais opportuniste de fait » et, désirant quitter, à tout prix, les « méfaits de sa décolonisation confisquée » ? Il est de notoriété publique que l’Union pour un Mouvement Populaire (en passe de devenir l’Union pour la Mort de notre Pays) se "flnise" et se "communautarise", depuis l’adhésion massive et opportuniste (idem pour les autres partis de gauche et de droite), de binationaux maghrébins, tenant à transformer la République Française (une et indivisible) en « Communautés-Désunies de France » car, au-delà du problème anticonstitutionnel et illicite soulevé, par la double nationalité (faisant des citoyens hybrides et inégaux devant les autres), notre Code de la Nationalité, obsolète et suicidaire, fait de chaque « naissance d’étrangers » (même clandestins), un « colonisateur démographique » en puissance. Et, en laissant la « porte de plus en plus ouverte », à l’immigration massive et anarchique, la France n’existera plus, dans sa forme actuelle mais, deviendra, irréfutablement, un « magma communautaire incertain et explosif » qui « sonnera le glas » de l’unité nationale et de ses valeurs intrinsèques !!!

Pourquoi n’entendons-nous, jamais, les « professionnels de la citoyenneté subventionnés » et les « droits de l’hommiste de salons » dénoncer, la double nationalité et ses dangers, alors qu’ils s’évertuent à nous donner, aux « frais de Marianne » (les subventions publiques), leurs sempiternelles « leçons de morale et de civisme à leur sauce idéologique » ? Pour preuve, même le Sieur BOUTEFLIKA partage, mon analyse, sur la double nationalité qu’il fustige (cf. mon article par le lien suivant : http://www.coalition-harkis.com/content/view/56/2/) !!!

Depuis plusieurs mois, on nous abreuve de « diversité », de « lutte contre les inégalités républicaines », de « discrimination positive », … Mais, la principale « inégalité républicaine » n’est-elle pas de traiter, sur le même rang d’égalité, le « citoyen exclusif » (sans double nationalité) et le « résidant étranger et/ou binational », en allant jusqu’à lui donner un « droit de vote » et, dès 2007/2008, des investitures aux prochaines échéances électorales ?

Pour exemple, si je voulais m’installer, au Maroc (pays très fusionnel quand on le découvre en dehors des safaris sexuels ignobles), je devrais soit travailler soit m’assumer car je n’y aurais aucun droit (allocations chômages, RMI, APL, …), ce qui est naturel et logique. En conséquence et sans bilatéralité, est-il normal de faire prendre en charge, par la collectivité, les ressortissants étrangers ne travaillant pas et sans ressources personnelles ?

Ces « aides sociales » ne devraient plus s’appeler ainsi puisque, le « pacte républicain » garantit, par le biais de notre constitution, à tous ses « concitoyens », un emploi et, en cas de défaillance étatique, à le leur octroyer, une « compensation financière » leur est dûe de plein droit mais, celle-ci n’a pas à être attribuée, ad vitam aeternam, à des résidants non-nationaux dépendant de leurs pays respectifs.

Il est temps de cesser de nier, les vraies « problématiques récurrentes et hypocrites », de la France sur le déclin, au nom des Droits de l’Homme car, le « seul droit de l’homme et du citoyen », réellement, prioritaire, de nos jours, est de protéger et d’encadrer, ses propres ressortissants, avant les autres comme tous les pays du Monde le font ! Et, c’est au Peuple Souverain (écarté du sujet depuis 1975) d’être consulté, par référendum, sur la politique d’immigration et le Code de la Nationalité, car cette « orientation périlleuse », de l’avenir de notre République, ne doit pas être traitée, exclusivement, par la Classe Politique représentant, à peine, 1% de la Nation car les enjeux y afférents sont trop déterminants et irréversibles !!!

Enfin, je dirai, à Monsieur Nicolas SARKOZY et aux autres politiciens, que l’Algérie du FLN n’est pas, un « territoire ami », c’est une « dictature corrompue et mafieuse » (dont la plupart des dirigeants en place ont du sang de Français sur les mains en dépit des amnisties) qui est anti-français, antidémocratique, fasciste, … Et, si mon défunt père et une grande partie de ma famille ont combattu, durant la pacification de 1954 à 1962, ces « terroristes sanguinaires », ce n’est pas pour les retrouver, aux "affaires dans mon pays", 45 ans après et, tel un célèbre général controversé, devrais-je aller m’exiler, à Londres, afin d’organiser la « résistance des patriotes » contre cette « invasion annoncée » ? Les Harkis auraient-ils dû poser des bombes et tuer des innocents pour être respectés comme le FLN par notre "mère patrie" ? J’attends votre réponse M. le Ministre de l'Intérieur, Nicolas SARKOZY, car nous devons le savoir une fois pour toutes et, éventuellement, chercher une "terre d'asile" !!!

Affaire à suivre…

Khader MOULFI 

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

P.S. Vous pouvez réagir sur le forum ouvert par notre membre très active Cléopâtre par le lien suivant : http://www.coalition-harkis.com/component/option,com_simpleboard/Itemid,27/func,view/id,376/catid,4/.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 94 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui131
mod_vvisit_counterHier559
mod_vvisit_counterSemaine1101
mod_vvisit_counterMois13262
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com