17 octobre 1961 : François HOLLANDE, le pénitent, fait la génuflexion face au FLN génocidaire et despotique (chapitre 1) !!!

Par Khader MOULFI

Retrouvez-moi sur ma page Facebook (en cliquant sur ce lien) !!! 

hollandepenitent

Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa (doit se dire, très certainement, le "Flamby" allégé et primarisé, en s'autoflagellant avec délectation) !!!

 

 

A peine remis des très récentes élucubrations saugrenues voire tragicomiques (pléonasmes de rigueur), de Jeannette BOUGRAB, Secrétaire d'Etat (dé)chargée de la Jeunesse et de la Vie associative, en Algérie (lire mon article en cliquant sur ce lien)... C'est au tour, à présent, de François HOLLANDE, au lendemain de sa désignation sans surprise, par les militants et sympathisants socialistes, au second tour des primaires (le qualifiant pour devenir le challenger, de Nicolas SARKOZY, pour les Présidentielles de 2012), de se livrer, à une repentance antipatriotique et consternante, en se prosternant sous les pieds sales, du FLN, ayant les mains entachées du sang des innocents (si je ne décroche pas le Goncourt avec ça) !!!

En l'espèce, le premier signe "fort" voulu, par la "gauche molle", est de diviser, les Français (es), au nom d'une idéologie marxiste ayant fait, notamment, au cours du 20ème Siècle, 200 millions de morts (?). Pourtant, de nombreux sondages ont démontré, régulièrement, qu'une très large majorité, de nos compatriotes, était hostile à toute forme de repentance et, surtout, à l'égard des satrapes flnistes, responsables du génocide de 150000 Harkis, de plusieurs dizaines de milliers de Pieds-Noirs, de 500 soldats métropolitains mais, également, de son propre peuple qu'il prétend avoir "libéré" en l'opprimant dans cette terrible dictature corrompue et miséreuse.

Suffit-il de faire un régime draconien et de s'évertuer à imiter, tel un clone sans véritable personnalité, François MITTERRAND à la "francisque" (le seul Président socialiste, sous la Vème République mais qui, était, de notoriété publique, de droite très à droite) pour devenir, réellement, LE grand "rassembleur", de la Nation une et indivisible, qu'il prétend vouloir incarner ??? En toute objectivité, je répondrais que : NON car, chassez le naturel et il revient au galop... Fidèle à lui-même, le député corrézien poursuit, derechef, ses actes de contrition engagés, dès 2006, lorsque celui-ci était premier secrétaire du PS. Il avait promis, rappelons-le, de demander "pardon", aux despotes algériens, au nom de la France, à l'instar de Jack LANG (la girouette politicarde par excellence), si son parti revenait aux affaires.

Pour sa décharge, il convient de souligner que le Président MITTERRAND avait refusé d'entrer, durant ses mandats, dans le jeu des "gauchistes", en dénonçant, de manière claire, par exemple, le 19 mars 1962 ou en ne mettant pas, à l'ordre du jour législatif, le droit de vote pour les étrangers, ... Ses pseudos "héritiers" ne devraient-ils pas se rafraîchir, leur mémoire défaillante, avant d'essayer de nous imposer la nôtre ???

Entre un Nicolas SARKOZY ayant promis, en vain, la fin de la repentance et de l'autoflagellation... Et, un François HOLLANDE voulant que la France se mette à genoux, devant le monde entier, il y a, vraiment, de quoi s'alarmer pour 2012. 

François HOLLANDE, à l'instar de ses "camarades" socialistes, n'a pas encore compris, à ce jour, qu'il n'est plus, le premier secrétaire de son parti, cherchant à faire la "synthèse" au sein des différents courants internes. C'est la raison pour laquelle, il se préoccupe, essentiellement, de rallier la gauche "dure" acquise, initialement, à Martine AUBRY et Arnaud MONTEBOURG, sans se soucier d'une très large majorité, de Français (es) désespérés et "politicophobes", qui n'est ni de gauche ni de droite.

En revenant aux fondamentaux archaïques et antirépublicains, de la gauche totalitaire et universaliste du 20ème Siècle, le candidat HOLLANDE démontre qu'il n'a pas, encore, l'étoffe du "rassembleur" vanté, en agissant, exclusivement, en direction de son propre camp et, plus généralement, de ses "alliés" potentiels du second tour.

Pour ce qui concerne, le 17 octobre 1961, je vous recommande de lire et/ou de relire, mes anciens articles (en tapant les mots-clés idoines dans l'onglet "recherche" en haut à droite) mais, néanmoins, il est opportun de remettre, cet "évènement", dans son contexte et sa chronologie, afin de contredire l'intoxication des esprits ambiante.

Après avoir instauré, au cours des sept dernières années, la terreur et le chaos, en Algérie française, le FLN avait entamé, dès 1961, des discussions préliminaires, avec l'Etat français, en vue de parachever le processus d'indépendance décidé, par le Général DE GAULLE, afin d'expédier, le plus vite possible, le dossier algérien.

Cependant, une terrible guerre des chefs, interne au FLN, ainsi qu'une volonté d'éradiquer, toute "concurrence" indépendantiste externe, à la table des négociations, ont engendré, à cette époque, une exportation sanglante du conflit, en métropole, par l'assassinat massif des "messalistes" (le MNA de Messali Hadj), les meurtres aveugles et gratuits de plusieurs dizaines de policiers, des attentats, ...

Certes, Paris était la ville la plus touchée, par ces méfaits flnistes mais, en réalité, toutes les communes, de l'Hexagone, implantées, par les Algériens (au sens originaires de ces départements nationaux), subissaient ces épouvantables exactions terroristes.

Dans cette conjoncture explosive (à tous les sens du terme), un couvre-feu avait été proclamé, par la Préfecture de Paris, pour lesdits Algériens, afin de stopper cette vague criminelle mais, également, le transport d'armes et des fonds résultant du racket, du FLN, auprès des populations susvisées, qui était désigné, par l'expression usurpée "d'impôt révolutionnaire", collecté de gré ou, surtout, de force. 

La suite sera publiée lundi 31 octobre 2011.

Affaire à suivre...

Khader MOULFI

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Commentaires  

+1 #1
philippe 21 Octobre 2011
encore un cheval de troie?
Le plus grand massacre de gens du peuple qui ait été commis à Paris depuis la Semaine sanglante, depuis l’écrasement de la Commune, en 1871 ?
www.marianne2.fr/Deux-films-sur-le-massacre-du-17-octobre-1961_a211671.html
+1 #2
RNFAA 22 Octobre 2011
La vérité sur le 17 octobre 1961
POUR METTRE FIN A LA PROPAGANDE
DU PARTI COMMUNISTE ET DU PARTI FLN DE FRANCE


L'histoire vraie sur les évènements du 17 octobre 1961 que les partis de gauche persistent à déformer et que les gaullistes de l'UMP, cautionnent, encore en 2011, alors que le chef d'Etat, De Gaulle, était seul à pouvoir donner des ordres à la police de France et à son préfet de police à Paris, Maurice Papon.

La bataille de Paris du 17 octobre 1961
Par Maurice Faivre

Historien de la guerre d’Algérie,
vice-président de la Commission française d’histoire militaire

Sous le titre : le massacre du 17 octobre 1961, un article de l’encyclopédie en ligne Wikipedia fait le point de cette bataille qui a opposé 25.000 manifestants « algériens », fermement encadrés par le FLN, à 1.658 policiers et gendarmes engagés par le préfet Maurice Papon. Cet article affirme que 32 à 325 manifestants ont été tués, des dizaines jetés à la Seine, en particulier au pont St Michel, 11.700 interpellés et tabassés, dont un certain nombre dans la cour de la Préfecture de Police.

L’auteur se réfère essentiellement aux ouvrages de Jean-Luc Einaudi (la bataille de Paris, le Seuil, 1999), de Jean-Paul Brunet (Police contre FLN, Flammarion, 1999), de Raymond Muelle (7 ans de guerre en France, Grancher, 2001) et à l’article de Paul Thibaud dans l’Express du 11 octobre 2001. Quatre autres auteurs sont cités (Sylvie Thénault, Jim House et Neil Macmaster, Linda Amiri et Benjamin Stora) et 6 réalisateurs de films. D’emblée, on notera que le chiffre de 32 tués est celui de Brunet, et 325 celui d’Einaudi.
Il apparaît ainsi que des sources importantes sont ignorées :

- un 2° livre de JL Einaudi : Octobre 1961, un massacre à Paris, Fayard, 2001,
- un 2° livre de JP Brunet : Charonne, lumières sur une tragédie, Flammarion, 2003,
- un article du colonel Raymond Montaner : la manifestation du FLN à Paris le 17 octobre 1961, dans la revue Guerres mondiales et conflits contemporains de 2002,
- le livre de Rémy Valat : Les calots bleus et la bataille de Paris, Michalon, 2007.
- les articles de Catherine Segurane: le 17 octobre 1961 : Essai de dénombrement des morts, et La propagande à l’œuvre, dans Agoravox d’octobre 2010.

Professeur émérite d’Histoire à l’Université de Paris IV, JP Brunet est connu comme un auteur rigoureux. Il est le seul à avoir exploité toutes les archives, en particulier de la PJ, et à en avoir fait une critique historique, ce qui n’est pas le cas d’Einaudi, ni de Paul Thibaud, ni de Sylvie Thénault. Pris à parti de façon polémique par JL Einaudi, JP Brunet a consacré deux chapitres de son 2ème livre à la manifestation du 17 octobre. Il souligne à nouveau les violences inadmissibles1 des policiers, confirme les vengeances exercées par des policiers « activistes », mais estime que sur 75 morts conduits à l’Institut médico-légal (IML), la majorité est imputable au FLN.

Examinant cas par cas la liste des 325 noms, il confirme son évaluation de 32 tués : 14 certains 2, 8 vraisemblables, 4 probables et 6 possibles. Il avait précisé dans l’Histoire d’octobre 2001 : 30 morts en comptant large. Dans son Histoire de la guerre d’Algérie (1992), Benjamin Stora corrige son évaluation de centaines de victimes, et ne parle plus que de dizaines.

JP Brunet estime que les 246 morts signalés parGeronimi, correspondent aux 308 cadavres (dont 60 douteux) examinés à l’IML en 1961 : 141 sont enregistrés avant le 17 octobre, et 72 après le 19. Il en est de même des 109 décès du Service des successions musulmanes, dont 55 ont eu lieu avant le 17 octobre, et 22 sans date de décès déterminée. Dans son mémoire de maîtrise, Pierre Brichard, qui a étudié les listes de ce Service, en attribue une trentaine à la répression policière. Le séminariste Grange ne confirme pas la mort des neuf corps couchés à l’entrée du Palais des sports, et Linda Amiri, ayant eu accès aux archives de la Fédération de France du FLN, dément le matracage des détenus dans la cour de la Préfecture de Police (ce que confirme Montaner).

Une seule noyade, au pont St Michel, a fait l’objet d’un constat. Au total, en septembre et octobre 1961, 34 cadavres ont été retirés de la Seine et des canaux, qui ne paraissent pas imputables à la répression de la manifestation. Vidal-Naquet reconnaît que le FLN n’hésitait pas à tuer et à jeter des cadavres dans la Seine.

Le professeur Brunet dénonce dans l’exploitation de cette affaire un mythe forgé pour les besoins d’une cause militante. Admirateur de Mao et de Pol Pot, l’historien du dimanche Einaudi se révèle un hagiographe du FLN, mouvement à visées totalitaires. On pourrait en dire autant d’autres auteurs.
Catherine Segurane observe les moyens employés pour faire croire à des centaines de meurtres :

- jouer sur les dates en ajoutant au 17 octobre les mois d’octobre et novembre,
- prétendre à un grand nettoyage destiné à faire disparaître les preuves,
- présumer la culpabilité des policiers,
- inventer des légendes d’épouvante de la population.

Un des premiers instruments de cette mythologie macabre est un tract anonyme du 31 octobre attribué à un groupe de policiers républicains, qui rappelle les procédés du parti communiste et de la CGT. On y évoque les cadavres jetés dans la Seine, les pendus du bois de Vincennes et les Algériens arrosés d’essence et brûlés. D’autres bobards citent les fosses communes imputées à la police, les enterrements clandestins par la famille, les corps jetés par avion dans la mer.

Historien de la guerre d’Algérie, vice-président de la Commission française d’histoire militaire, il me semble qu’il faut replacer cette bataille dans la stratégie générale du FLN, qui après avoir perdu les batailles d’Alger et des frontières, et se sentant humilié par les fraternisations de mai 1958, a décidé le 28 août 1958 de transporter la guerre en territoire français, et ordonné à ses commandos de combattre furieusement l’ennemi.

Cette décision faisait suite à la volonté, proclamée dès 1955, d’exterminer les messalistes, considérés comme des traîtres, en Algérie et en métropole 3. Ces deux décisions se sont traduites par le massacre en métropole d’au moins 3.957 nord-africains, 150 Européens, 16 militaires et 53 policiers (le Monde du 20 mars 1962), auxquels s’ajoutent 48 harkis. Ces actions terroristes expliquent, sans les excuser, l’exaspération des policiers et les excès auxquels ils se sont livrés.

Quant à la décision de réagir, par une manifestation pacifique, au couvre-feu imposé le 6 octobre par la Préfecture de Police, elle n’a pas été approuvée par toutes les instances du GPRA. Mohamed Harbi écrit dans le Monde du 5 février 1999 : « ce qui a joué dans le déclenchement de la manifestation du 17 octobre, ce sont plutôt des enjeux internes, voire des ambitions personnelles…On était proche de la fin…Ce sont déjà des luttes pour le pouvoir dans l’Algérie indépendante ».

Les arrestations opérées le 17 octobre avaient été précédées d’opérations de démantèlement des groupes armés du FLN en région parisienne. Selon le Service de coordination des Affaires algériennes (rapports des 1er et 4 décembre), 205 armes à feu, 8 bombes, 26 plastics, 106 grenades et obus ont été saisis en deux mois ; 91 responsables de groupes armés ont été arrêtés, 2.545 militants politiques transférés en Algérie. Les liaisons internes ont été rompues et la Fédération de France du FLN a suspendu les attentats. Pour le présent, conclut ce rapport, la bataille de Paris ne tourne pas à l’avantage du FLN.

Maurice Faivre, le 10 octobre 2011


1 « inadmissibles mais secondaires », déclare de Gaulle, qui selon Messmer partage avec le gouvernement la responsabilité de la répression
2 C’est le chiffre retenu par le colonel Montaner, ancien chef de la Force de police auxiliaire.
3 Réf. Jacques Valette, La guerre d’Algérie des messalistes, L’Harmattan, 2001.
#3
Khader 22 Octobre 2011
Utilisation inappropriée du terme Harkis !!!
Bonjour Philippe et à toutes et tous les Facebookers,

Je partage, en quasi-totalité, l'analyse exhaustive, du Général Maurice FAIVRE mais, toutefois, je réfute l'utilisation inappropriée, du terme "Harkis", pour qualifier, désormais, les auxiliaires algériens de la police nationale ayant opéré à Paris.

En l'espèce, les Harkas n'ont servi, qu'en Algérie Française, sous l'égide de l'armée dite régulière, à l'instar des autres formations supplétives.

Que la loi du 23 février 2005 ait permis, pour des raisons purement administratives, auxdits auxiliaires de la police nationale, d'être éligibles à certains droits communs... Pourquoi pas ??? Mais, en revanche, n'amalgamons pas tout pour le plus grand plaisir des falsificateurs de l'histoire !!!

A.F. Très Cordialement,

Khader MOULFI
#4
Khader 22 Octobre 2011
A mourir de rire !!!
Bonjour à toutes et tous les internautes,

En surfant, ci et là, j'ai pu découvrir, avec stupéfaction, un supposé message daté, du 13 octobre 2011 (soit 4 jours avant sa génuflexion devant le FLN), de François HOLLANDE, à l'attention des Harkis et leurs Familles !!!

Ce message prêté, à Mister Flamby (dixit son "pote" MONTEBOURG), a été publié sur le site du "Comité Harkis et Vérité" (laquelle de vérité ???) et sur le blog des "Harkis d'Île-de-France" appelés, communément, les "Chevaliers de la -GRANDE- Table Ronde" :P (Oops ! Je vais encore me faire "crier" et menacer :cry: :D !!!).

Je vous invite à lire, cette lettre tragicomique, ci-dessous, dont j'ai laissé les fautes en l'état.


Citer :
Le message
de François HOLLANDE
aux harkis et aux rapatriés


Dans le cadre de sa campagne de rassemblement des français, François HOLLANDE adresse aux harkis et aux rapatriés en général le message suivant :

"Je sais le drame qu'ont vécus et pour certains continuent de vivre nos compatriotes pieds-noirs et harkis. Leurs souffrances et leur sacrifice exigent notre reconnaissance et notre soutien.

Vous aspirez à une mémoire apaisée, moi aussi. Cette paix des mémoires passe par une histoire partagée, sans amnésie ni repentance. Elle passe aussi par une totale transparence.

C'est pourquoi je l'engage à ouvrir l'ensemble des archives concernant cette période et en particulier celle qui a suivi la signature des Accord d'Evian et le cessez-le-feu du 19 mars 1962.

Oui, il nous faut reconnaître la part de responsabilité de la France dans l'abandon de nos concitoyens rapatriés et harkis en particulier dans les mois qui ont suivis cette date.

Vous savez mon obstination à rassembler tous les français dans la confiance et le respect.

Cinquante ans après les drames que vous avez vécus, il est grand temps de réconcilier notre pays avec son histoire. Notre mémoire nationale ne saurait oublier cette période et ceux qui l'ont traversée.

Vous êtes des acteurs indispensables dans la mise en œuvre d'une réelle politique de coopération et d'échange entre les deux rives de la Méditerranée, que j'appelle de mes vœux.

C'est pour toutes ces raisons que demain, élu Président de la république Française, j'étudierai avec vous la prise en compte de vos légitimes revendications, dans cette exigence de réconciliation des mémoires".

Paris, le 13 octobre 2011

François HOLLANDE



Pour un "président normal", il me semble un peu anormal et contradictoire... Puisque, sa prosternation antipatriotique et consternante, sous les pieds cradingues flnistes, ressemble, à s'y méprendre, à de la repentance nauséeuse caractérisée.

Quant à la "transparence" évoquée, elle nécessiterait, d'abord, de vérifier, puis de recouper, toutes les informations sérieuses et prouvées, sur ces prétendus "massacres" organisés, par le Préfet PAPON (sa présence n'est pas une preuve absolue de culpabilité d'office), dont le nombre de "victimes" est ubuesque, ainsi que sur le véritable déroulement de cette répression légitime, par les forces de l'ordre, d'une manifestation interdite, objectivement, en période de terreur !!!

Massacres avez-vous dit... Mais, de qui se fout-on ???

Affaire à suivre...

A.F. Très Cordialement,

Khader MOULFI

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 

Lettres d'information






Qui est en ligne ?

Nous avons 32 invités en ligne

Statistiques visiteurs

mod_vvisit_counterAujourd'hui171
mod_vvisit_counterHier432
mod_vvisit_counterSemaine976
mod_vvisit_counterMois11022
Tous droits réservés : www.coalition-harkis.com